03232017Headline:

Côte d’Ivoire: Menaces terroristes/Toute La ville de Bouaké bouclée par l’armée

garde frci

Les grands hôtels de la ville, les grandes artères et les lieux publics sont surveillés comme du lait sur le feu à Bouaké. (Photo d’archives)

Depuis les attaques terroristes de Grand-Bassam, la ville de Bouaké est devenue pratiquement une « garnison militaire ».

Au début, les hommes en tenues qui se faisaient très discrets dans leur mission sont passés à une autre phase de sécurisation des biens et des personnes depuis un certain temps dans la capitale de la région de Gbêkê et ses environs. Les grands hôtels de la ville, les grandes artères et les lieux publics sont surveillés comme du lait sur le feu. Pour circuler librement aujourd’hui dans la ville de Bouaké, il faut montrer patte blanche. Aucun véhicule ni moto ou mobylette ne circule dans la ville sans tomber sur un dispositif de sécurité des forces de l’ordre. Le contrôle est devenu strict. Approché, un élément de la gendarmerie, en faction au cœur du quartier commerce, s’est montré très peu bavard. « Retenez simplement que nous travaillons pour votre sécurité. La Côte d’Ivoire ne doit pas et ne peut pas être un bastion de terroristes », a-t-il coupé court. Au niveau des populations, cette détermination des forces de l’ordre (Police, gendarmerie, Ccdo, Frci), est bien accueillie.

Approché à son Quartier général (Qg), « l’Élysée de commerce », Kamagaté Ousmane dit empereur, a apprécié cette opération de grande envergure des hommes en armes, avant de porter quelques critiques à l’endroit des hommes politiques. « Quand on a des informations et qu’on les appelle, ceux qui sont devenus aujourd’hui député, maire ou ministre, pensent que c’est pour leur demander de l’argent, ils ne nous prennent jamais au téléphone. A qui devrons-nous donc-nous adresser ? La Côte d’Ivoire est notre patrie à tous, nous n’accepterons jamais que des terroristes viennent nous attaquer à nouveau. Nous remercions nos forces de l’ordre qui font actuellement un très bon travail. Nous sommes avec notre armée » a-t-il réagi. Pour dame Zouzoua Thérèse Micheline, enseignante, « la présence des forces de l’ordre à tous les carrefours de la ville, et surtout dans les points stratégiques, est salutaire. Nous nous sentons en sécurité. Vous voyez que les fêtes de pâques se sont très bien déroulées à part quelques accidents. Les populations qui avaient peur après l’attaque de Bassam se sentent mieux aujourd’hui dans leurs peaux avec la présence de nos hommes en armes. Par la grâce de Dieu tout puissant, notre pays ne connaîtra plus jamais de tels événements malheureux et douloureux ». Idem pour un groupe d’étudiants trouvés en pleine fête au commerce ce samedi 26 mars 2016. Ils estiment qu’ils n’ont aucune raison d’avoir peur, vu le dispositif sécuritaire impressionnant mis en place à Bouaké. « Nous disons merci et bravo à nos forces de sécurité. Avec leur présence partout, nous sommes rassurés », souligne Hervé Koné, leader dudit groupe.

Ladji Abou SANOGO (Correspondant régional)

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment