10192017Headline:

Côte-d’Ivoire /Mutinerie à la Maca : le mutisme étonnant du nouveau ministre de la Justice Sansan Kambilé

sansan kambire

Sansan Kambilé a choisi de faire le muet sur ce scandale de la mutinerie à la Maca.

Plus d’une semaine après la fusillade sans précédent qui a fait plusieurs morts et des blessés à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), l’on constate bien curieusement le silence du ministre de la Justice.

Le samedi 22 février 2016, la plus grande prison de Côte d’Ivoire a connu une très singulière ambiance. Les riverains ont été réveillés au petit matin par des détonations nourries d’armes à feu au sein de la prison.
Plus tard, les Ivoiriens et le monde entier comprendront qu’il s’agissait d’un affrontement entre détenus et gardes pénitentiaires qui a fait des morts de part et d’autre. Chez les premiers neuf (9 ) morts dont le réputé Yacou le Chinois et un (1) chez les gardes, sans omettre les dizaines de blessés. C’est une première à la Maca.
L’établissement a connu plusieurs mutineries avec des échanges de tirs entre détenus et leurs gardiens mais, jamais, on a dénombré autant de pertes en vie humaine. Devant cette situation inédite, le gouvernement n’a servi qu’une déclaration lapidaire qui laisse les Ivoiriens sur leur faim.
Même au cours du Conseil des ministres qui a suivi les événements, apparemment rien n’a été dit sur cette mutinerie, sinon en divers, à en croire le communiqué final dudit Conseil.
Ce qui démontre combien de fois le sujet est banalisé au niveau du gouvernement. Pourtant, il met en exergue le problème des droits de l’Homme, principalement des prisonniers.
Or dans le cadre du premier Contrat de désendettement et de développement, le secteur de la justice et des droits de l’Homme a bénéficié d’un important financement pour relever les conditions de détention et de vie des détenus.
C’est ce que la population a relevé dans un micro-trottoir que nous avons réalisé sur la mutinerie.
Les Ivoiriens ont demandé que la lumière soit faite sur cette affaire qui provoque chez la peur quant à la sécurité des détenus. Surtout, sur la toute puissance de Yacou le Chinois dont on dit être un «pion du pouvoir» qu’on a voulu éliminer parce qu’il était devenu très gênant.
Malgré tout cela, l’on observe avec étonnement le mutisme du nouveau Garde des sceaux et ministre de la Justice, Sansan Kambilé, nommé en remplacement de Gnenema Mamadou Coulibaly.
Voilà dix jours que les faits se sont déroulés à la Maca et pas un seul mot ni pour donner des réponses aux interrogations des Ivoiriens ni pour établir la liste des victimes de la fusillade. L’on a besoin de savoir qui sont ces détenus tués, étaient-ils tous membres du gang à Yacou le Chinois.
Mais Sansan Kambilé a choisi de s’enfermer dans une tour d’Ivoire. Une stratégie de communication qui sonne comme une boutade «Laissez, ça va passer avec le temps». Surtout que ce scandale intervient un peu plus d’un mois après sa nomination. Le seul acte qu’il a posé pour satisfaire l’opinion, c’est d’emboîter le pas à ses collègues en dégommant un de ses proches collaborateurs, à savoir le directeur de l’administration pénitentiaire, Babacar Ouata.
Non monsieur le ministre, les Ivoiriens veulent savoir ce qui se passe dans les prisons particulièrement à la Maca. D’autant que tous les justiciables sont de potentiels prisonniers, comme aiment dire les hommes de loi. Alors, sortez de votre tour d’ivoire.

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment