07202017Headline:

Côte d’ivoire- Mutinerie : Confidences d’un mutin à Reuters ‘ »Sans les armes de Soul to Soul, nous n’aurions pas pu tenir…et…

Quand un groupe de soldats renégats a lancé une mutinerie en Côte d’Ivoire plus tôt ce mois-ci, il semblait qu’ils étaient condamnés. Une colonne de troupes d’élite est descendue rapidement pour mettre fin à la mutinerie. Les mutins manquaient de munitions et les dépôts d’armes avaient été verrouillés.

Ensuite le téléphone a sonné

Selon l’un des chefs de la mutinerie, celui qui appelait, dont les mutins ont refusé de révéler l’identité, leur a expliqué où ils pouvaient trouver des armes au domicile d’un proche du Président du parlement.

Le groupe a d’abord craint un piège, mais quand les mutins sont arrivés à l’emplacement, ils ont trouvé des dizaines de caisses de fusils, de mitraillettes, de lance-grenades et des munitions. Fraîchement armés, les mutins ont réussi à garder leur terrain.

Rapidement, les forces du président Alassane Ouattara envoyées pour écraser la mutinerie ont commencé à s’effondrer, selon un officier des forces spéciales qui en faisait partie. La colonne a fait demi-tour et s’est dirigée vers Abidjan.

‘ »Sans les armes de Soul to Soul, nous n’aurions pas pu tenir s’ils avaient attaqué », a déclaré un mutin »‘

L’incident a exposé le dysfonctionnement profond et l’anarchie compromettant maintenant la stabilité de la Côte d’Ivoire après des années de turbulences et de guerre civile. L’appel téléphonique suggère que des personnes puissantes étaient disposées à aider les mutins. Et que l’armée, qui était mieux équipée que les mutins, n’était pas disposée à suivre les ordres pour mettre fin à la mutinerie.

« Le Général Sékou Touré donnait des ordres et personne ne l’écoutait », a déclaré un responsable régional de la sécurité à Reuters, se référant au chef d’état-major militaire. « Qu’est-ce que cela vous dit? Qu’il n’y a pas de contrôle sur l’armée ».

Les investisseurs

La Côte d’Ivoire, connue depuis des décennies comme l’un des États les plus stables d’Afrique de l’Ouest, est encore en train de se remettre d’une brève guerre civile après que Ouattara a remporté une élection contestée en 2010.

Lorsque les partisans de Ouattara soutenus par des troupes françaises ont finalement arrêté Gbagbo en 2011, le pays est sortie rapidement du conflit, pour devenir une économie de plus en plus forte en Afrique.

Les investisseurs ont eu jusqu’ici tendance à ignorer les troubles – y compris une révolte similaire de l’armée en 2014 et une attaque d’al-Qaïda sur une station balnéaire l’année dernière.

Mettre fin à la mutinerie

Depuis février, selon plusieurs sources diplomatiques, le gouvernement avait cherché un moyen pour mettre fin à cette promesse. Ce mois-ci, il semblait avoir trouvé un. Le 11 mai, la télévision d’Etat diffusait une déclaration d’un soldat visiblement nerveux et vêtu de béret, identifié comme étant le porte-parole des mutins.

Nommé Sergent Fofana, il s’est excusé auprès du Président Ouattara, et a déclaré que les troupes avaient abandonné leurs demandes de paiement. Il n’y avait qu’un seul problème : personne n’avait informé les mutins.

« Nous n’avons jamais parlé d’abandonner la demande d’argent », a déclaré l’un des chefs de la mutinerie, qui a demandé à ne pas être identifié de peur des représailles. Le lendemain matin, des tirs ont été entendus dans les villes. Les routes ont été barricadées.

À Abidjan, les mutins ont pris le contrôle du quartier général de l’armée et du ministère de la Défense. Touré, le chef d’état-major, a annoncé qu’une opération pour « rétablir l’ordre » avait été lancée et qu’une colonne de troupes d’élite avait été déployée vers Bouaké, le coeur de la mutinerie.

Les mutins : « Ils allaient nous tuer »

Dans un village au bord de la route au sud de Bouaké, le lendemain, un groupe de soldats de bas niveau s’est assis avec les officiers qui commandaient la colonne. Les officiers ont déclaré aux soldats que Ouattara ne voulait plus de discussions, que leur mutinerie avait terni le nom du pays, et qu’ils doivent abandonner maintenant ou faire face aux conséquences, rappelle un soldat mutin présent à la réunion.

« Nous savions que si nous reculons, ils allaient nous tuer », a déclaré le mutin à Reuters.

Les forces d’élite auraient pu facilement écraser la révolte. Des diplomates ont déclaré que le gouvernement avait anticipé une réaction après la déclaration de Fofana et les dépôts d’armes avaient été verrouillés dans les bases militaires.
Mais après l’appel téléphonique qui a mené les mutins à la cache d’armes, la mutinerie s’est propagée, fermant les ports d’Abidjan et de San Pedro. Avec l’aggravation du chaos, le gouvernement a capitulé.

Les autorités n’ont pas confirmé les détails de l’accord qu’ils ont conclu pour mettre fin à la mutinerie, mais les participants à la mutinerie ont fait la queue dans les banques de Bouaké pour retirer 5 millions de francs CFA chacun. Les mutins disent qu’ils s’attendent à un autre paiement de 2 millions de francs CFA le mois prochain.

Sans les armes de Soul to Soul

Les mutins ont refusé de nommer la personne qui leur a parlé des armes, mais la maison appartenait à Souleymane Kamagaté, mieux connu par son nom de guerre « Soul to Soul », le directeur du protocole du président du parlement, Guillaume Soro.

Soro est un candidat potentiel pour prendre la relève du président mais fait face à une forte opposition de la part de d’autres dans la coalition au pouvoir.

Soro a publié une déclaration disant qu’il ne discuterait pas des armes trouvées au domicile de son directeur de protocole : « De telles questions relèvent des secrets de la défense. Vous pouvez donc comprendre que je ne me permettrai pas de commenter ».

Mais les responsables de la mutinerie disent qu’ils ont été indubitablement sauvés par la cache d’armes secrète : «Sans les armes de Soul to Soul, nous n’aurions pas pu tenir s’ils avaient attaqué», a déclaré un mutin.

« Nous aurions pu nous cacher et combattre avec des tactiques de guérilla, mais pas pour longtemps. Oui, cela nous a sauvé ».

Avec Reuters

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment