10242020Headline:

Côte d’Ivoire: « Nous allons marcher pacifiquement jusqu’à ce que M. Ouattara se retire de ces élections » Innocent Yao, président de la Jpdci rurale

Innocent Yao, président de la Jpdci rurale, dans cette interview, appelle le président Ouattrara à se retirer de la course à l’élection présidentielle. Dans le cas contraire, il sera responsable des troubles. Le président de la Jpdci, par ailleurs, demande aux militants du Pdci de rester à l’écoute des mots d’ordre.

Le président Henri Konan Bédié, candidat à l’élection présidentielle de 2020 après la publication de la liste des candidats par le Conseil Constitutionnel, a décidé de rester solidaire à toute l’opposition pour des élections crédibles et inclusives. Quels commentaires faites-vous de cette volonté du président du Pdci-Rda ?

Il n’y a pas de commentaires à faire. C’est ce que le président Henri Konan Bédié a toujours fait. Pour l’intérêt de la Côte d’Ivoire, le président du Pdci-Rda s’est toujours ouvert aux autres afin de sauver la mère patrie. A Yamoussoukro, vous avez vu la mobilisation de tous les Ivoiriens, de toute l’opposition. Le président Henri Konan Bédié a toujours privilégié l’union et la solidarité. Aujourd’hui, il s’agit de la Côte d’Ivoire qu’il faut sauver. Et Dieu lui a donné cette force pour rassembler les Ivoiriens pour que nous puissions aller à ces élections et les gagner pour le bonheur du peuple de Côte d’Ivoire. Le président a été clair. Il veut gagner ces élections pour l’ensemble des Ivoiriens. Il veut réconcilier les Ivoiriens, panser toutes les blessures des nombreuses années de crise et remettre la Côte d’Ivoire sur les rails du développement.

Est-ce que le président Henri Konan Bédié a-t-il été compris ?

De part et d’autre, ce sont des déclarations en faveur de l’unité de toute l’opposition. Et pour nous, cette unité faite autour du président Henri Konan Bédié permettra de sauver la mère patrie.

Est-ce que c’est au nom de cette union que le Pdci-Rda n’a pas encore prêté serment au niveau de la Commission électorale indépendante (Cei) ?

Sur la question de la Cei, il n’y a pas de débat. Le pouvoir Rhdp n’a pas exécuté les exigences de l’arrêt de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples. Face à cette situation, le Pdci-Rda a produit un communiqué pour informer la Cei qu’il ne participera pas à l’opération de renouvellement des membres des Cei locales. Notre représentant à la Cei centrale, qui devrait prêter serment, ne l’a pas fait. Le Pdci-Rda attend l’application des résolutions de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples afin que toute l’opposition puisse intégrer la Cei Centrale et par la suite les Cei locales pour finalement arriver à une Cei transparente capable d’organiser des élections sans palabre.

Face à ce blocage, que devient de la Cei ?

La Cei est une institution par la volonté de tous les Ivoiriens. Nous la reconnaissons. Mais les animateurs ne font pas preuve de bonne foi pour nous donner une institution crédible. Aujourd’hui, notre volonté, c’est d’aller aux élections mais pas à n’importe quel prix. De la crédibilité de la Cei va dépendre la volonté de l’opposition à aller à ces élections.

Toutes ces questions ont été abordées par le président Soro Guillaume. Êtes-vous d’accord avec lui qu’il ne faut pas aller à ces élections tant que le président Ouattara est dans la course ?

Tout le monde est unanime que nous devons nous mettre ensemble pour aller à ces élections. Le président Affi a demandé à ses partisans de ne pas intégrer la Cei tant que les questions qui posent problèmes ne sont pas réglées. Les questions soulevées par le président Soro sont celles que nous posons également. La position du Pdci-Rda n’a pas changé, celle de la Jpdci n’a pas également changé, la position des Ivoiriens n’a pas changé non plus. Tant que M. Ouattara est candidat, il nous sera difficile d’avoir des élections. S’il y a quelqu’un qui doit se retirer de ces élections, c’est bien M. Ouattara à qui la Constitution interdit d’être candidat pour une 3e fois consécutive. C’est de cela qu’il s’agit. Les arguments avancés par le président du Conseil Constitutionnel sont une insulte à tous ceux qui pratiquent le droit. Koné Mamadou n’a pas produit d’arguments juridiques pour valider la candidature de M. Ouattara. Face donc à cette situation, nous devons nous mobiliser, mener la bataille de façon pacifique jusqu’à ce que M. Ouattara se retire parce que la Constitution de la République de Côte d’Ivoire interdit M. Ouattara d’être candidat. Si on accepte que M. Ouattara viole la Constitution, ce n’est pas la peine d’aller aux élections. Quelqu’un qui décide de violer notre loi suprême, ce ne sont pas les élections crédibles qu’il va garantir. C’est le moment de nous unir. Et Soro Guillaume a raison d’appeler l’opposition à l’union pour mener et gagner cette bataille.

Dans les rangs des jeunes, il y a l’un d’entre vous, votre aîné qui rame à contre-courant, nous voulons parler de Kkb. Que retenez-vous de lui ?

Kkb n’est pas notre cible. Notre cible, c’est M. Ouattara qui viole la Constitution. En réalité, Kkb ne représente rien. Il a été président de la Jpdci mais le Pdci-Rda, c’est une organisation, c’est un esprit. Nous ne connaissons pas le rôle dans lequel Kkb est. Il a produit un communiqué pour dire merci aux secrétaires généraux de sections, aux femmes et autres. Quand on sort d’un parti politique, on sort pour de bon. Le Rhdp a voulu jouer avec le Pdci-Rda en créant Pdci-Renaissance. Mais ça n’a rien donné. Aujourd’hui, les acteurs sont où ? Ils sont l’ombre d’eux-mêmes.

Comment voyez-vous l’avenir de la Côte d’Ivoire ?

Si les Ivoiriens doivent retrouver la paix, ce sera par la volonté de M. Ouattara. Voilà quelqu’un qui veut être candidat au mépris de notre Constitution. Les Ivoiriens manifestent et on les tue. La Côte d’Ivoire était calme et tranquille quand Amadou Gon Coulibaly a été désigné comme candidat du Rhdp. Parce que les lois de la Côte d’Ivoire lui permettaient d’être candidat. Si le Rhdp avait choisi un candidat autre que M. Ouattara, la Côte d’Ivoire n’allait pas connaître ces troubles. La paix en Côte d’Ivoire dépendra du comportement de M. Ouattara. La Côte d’Ivoire retrouvera la paix quand M. Ouattara se retirera de la course. Mais tant que M. Ouattara sera candidat, nous serons prêts à continuer le combat de la libération de la Côte d’Ivoire. Si le Rhdp ne pense pas à la vie des Ivoiriens, à un moment donné, nous allons tous sortir parce que le mot d’ordre est clair. Nous n’allons pas baisser les bras. M. Ouattara ne sera pas candidat à ces élections. Si M. Ouattara maintient sa candidature, il sera responsable de tout ce qui va arriver. C’est pour cela que nous demandons aux militants du Pdci-Rda de garder leur sérénité. Les militants nous interpellent pour nous demander c’est quand, c’est quand. Le moment viendra. Ne tombons pas dans les émotions. On a commencé une bataille, ce sont des microbes qui nous attaquaient mais aujourd’hui pour les microbes, nous avons déjà trouvé les médicaments. Bientôt, nous allons reprendre nos marches pacifiques. Gardons notre sérénité, le moment venu, le mot d’ordre sera clair. Nous allons marcher pacifiquement jusqu’à ce que M. Ouattara se retire de ces élections.

Melv Sage

Comments

comments

What Next?

Related Articles