04042020Headline:

Côte d’Ivoire: « Nous n’irons pas aux élections avec la CEI sur laquelle compte le Rhdp » Hubert Oulaï

Les enseignants membres de la Cellule des enseignants du Fpi (Cefpi) étaient en Assemblée générale samedi à Yopougon. Pour se faire expliquer l’attitude de leur parti dans la mouvance sociopolitique actuelle, ils ont invité le président du comité de contrôle, l’ancien ministre Hubert Oulaï.

Pendant plus d’une heure et demie, ce fidèle de Laurent Gbagbo a analysé la situation judiciaire de Laurent Gbagbo avant de déboucher sur les chances qu’a l’ancien président de revenir aux affaires une fois sorti des mailles de la prison.

Dans son analyse, il s’est penché sur les facteurs favorables à l’éventuel retour de Gbagbo au pouvoir. Il cite comme un des facteurs, ‘’l’effritement du Rhdp’’, le parti au pouvoir. « Au moment où le Fpi est debout, on assiste l’effritement du Rhdp. Un parti devenu Rhdp unifié déboulonné. D’indéboulonnable (comme le proclamait Ouattara) où en sommes nous aujourd’hui ? », interroge le conférencier avant de déclarer que Ouattara a perdu tous ses boulons et ne tient plus que par le seul boulon du Rdr. Le Pdci, Guillaume Soro, la communauté internationale, tous ces boulons sur lesquels comptait Ouattara, ont tour à tour sauté de l’avis de Hubert Oulaï. C’est pourquoi, dénonçant l’attitude du pouvoir à s’arcbouter sur une commission électorale à sa guise, il a eu ce commentaire devant les militants de son parti : « Aujourd’hui, nous disons que nous n’allons pas aux élections avec cette CEI sur laquelle ils comptent. Sur le code électoral, on n’a pas signé de papier avec eux. (…) Mais pourquoi ce pouvoir qui clame partout qu’il fait 8 % de croissance, qu’il met les ivoiriens à l’aise ne veut pas discuter (sincèrement) ? Ceci nous fait dire que si Gbagbo vient, il va gagner. Ils savent que c’est devenu difficile donc ils ne veulent plus discuter. Ils savent que si on s’assoit, on va parler du code électoral et de la Cei », explicite l’ancien ministre de la Fonction publique. Lequel conclura que le contexte judiciaire international nous donne des signes de libération de Gbagbo et qu’au plan national, le contexte sociopolitique est plus que favorable à Laurent Gbagbo.

Hubert Oulaï nuance toutefois ses propos en soulignant que l’option de son parti, depuis le congrès de Moossou est de participer à toutes les élections de 2020 et qu’aucune disposition contraire n’a encore été émise. L’avis plus haut est donc une réflexion personnelle au regard des conditions de préparation de l’élection.

Lire sur connectionivoirienne

Comments

comments

What Next?

Related Articles