07212024Headline:

Côte d’Ivoire: “nous nous dirigeons vers une élection non apaisée” Bedié


« La CEI n’étant pas indépendante, nous nous dirigeons vers une élection contestable et non apaisée. La faute de ces violences revient au pouvoir qui est le seul détenteur de la violence d’état, l’opposition n’ayant pas d’armes.
ALASSANE OUATTARA viole la Constitution en se présentant pour un troisième mandat. Sa candidature est illégale et tout le monde le sait. L’opposition s’en indigne et manifeste bruyamment. Pour le moment, nous faisons en sorte que l’élection se tienne à la date prévue. Nous savons que le temps presse pour que la CEI soit mise aux normes internationales et en conformité avec l’arrêt de la Cour africaine des droits de l’homme. Mais s’il y a une bonne volonté de la part du régime en place, un dialogue suivi nous permettra d’y arriver.


Je suis en contact régulier avec le Président LAURENT GBAGBO , Il souhaite rentrer comme un simple citoyen de Côte d’Ivoire et concourir à l’élection présidentielle. Ses représentants ont d’ailleurs déposé son dossier de candidature en son nom.


J’ai informé par écrit le Président MACRON de la situation en Côte d’Ivoire. Dans ce document, il constatera que l’état des lieux est des plus inquiétants. La violence sévit au pays, le droit constitutionnel de manifester est dénié au peuple de Côte d’Ivoire, des emprisonnements arbitraires se produisent chaque jour et des élus sont jetés en prison sans tenir compte de leur immunité parlementaire.


Avec une situation aussi dégradée, on s’achemine vers des troubles importants. La crise préélectorale peut déboucher sur une guerre civile sans précédent.

Melv Sage

What Next?

Recent Articles