07232017Headline:

Côte-d’Ivoire /Nouvelle Constitution: Les députés réservent une grande surprise à Ouattara

deputes maire

Nouvelle Constitution: Les députés réservent une surprise à Ouattara

De sérieuses menaces sur le référendum

Les députés attendent fermement le projet de Constitution que préparent le Comité d’experts dirigé par le Pr. Ouaraga Obou, juriste-constitutionnaliste.

Les députés de la Commission des Affaires générales et institutionnelles ont adopté jeudi, à l’unanimité, le projet de loi organique portant organisation du référendum constitutionnel annoncé en octobre prochain.

En attendant que ce texte passe devant la plénière de l’Assemblée nationale, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, commissaire du gouvernement à l’Hémicycle, peut se réjouir d’avoir franchi une étape décisive vers la réalisation du projet du chef de l’Etat de modifier la Constitution ivoirienne. Mais, en même temps, Hamed Bakayoko aura été prévenu par ses interlocuteurs du jour au Parlement qui, en chœur quasiment, ont transmis un message on ne peut plus clair au collaborateur du président de la République.

A part les députés du Rdr (parti du président Ouattara), qui ont affiché leur disposition à approuver « sans réserve » les textes venant de l’Exécutif, les quatre autres groupes parlementaires (Pdci, Udpci, Espérance et Dialogue) se sont montrés très alertes sur le projet de Constitution que se préparent à leur soumettre le chef de l’Etat et son gouvernement. Formellement, l’Udpci et Espérance ont marqué leur opposition à l’écriture d’une nouvelle Constitution. Une option que partagent leurs camarades du Pdci-Rda, dont le président du groupe parlementaire a caricaturé leur posture actuelle en ces termes : « Dans nos villages, quand l’enfant n’est pas encore né, on ne lui donne pas un nom ». En clair, les députés du parti de Bédié ont décidé, certes, d’autoriser l’organisation du référendum constitutionnel à travers l’adoption du projet de loi organique à eux soumis. Mais en le faisant, ils prennent leur mal en patience pour attendre le contenu du texte, en ce qui concerne la Constitution. C’est sur ce débat-là que le général Gaston Ouassénan Koné et son groupe attendent l’Exécutif. A moins d’une simple révision de la Constitution, les députés du Pdci-Rda, tout comme ceux de l’Udpci et du groupe Espérance, n’entendent pas céder à une réécriture de la loi fondamentale ivoirienne.

Dans un document qu’ils avaient produit, il y a quelques semaines, et qui avait valu au gouvernement d’ajourner l’examen du projet de loi organique portant organisation du référendum le 20 juin dernier, ces élus du parti d’Henri Konan Bédié ont affiché leur intention de rejeter toute initiative tendant à conduire vers une nouvelle Constitution, donc une 3ème République. Pour le Pdci-Rda, à la vérité, il n’est point question de changer la loi fondamentale ivoirienne. D’où les réserves des députés, soutenus par le secrétaire exécutif de leur parti, qui a validé le document qu’ils ont produit. « Ce texte (le projet de Constitution, Ndlr), on l’attend. Quand on va le lire, s’il est harmonieux et qu’il va dans le sens de ce que le Pdci-Rda pense, il n’y a aucun problème. (…). C’est pour cela que nous disons que nous attendons le texte pour nous prononcer définitivement », déclarait Maurice Kakou Guikahué dans un entretien à un confrère en ligne le 15 juin 2016, quelques jours après la rencontre du chef de l’Etat avec le Rassemblement des Houphouétistes (Rhdp, coalition au pouvoir) dans le cadre des consultations relatives à la révision constitutionnelle.

Dans cette posture, il n’y a aucun doute que les députés du Pdci, de l’Udpci, d’Espérance et du groupe Dialogue, qui ont autorisé le référendum, réservent une surprise au pouvoir. Ces représentants du peuple ne rechigneraient pas, en effet, à bloquer déjà à l’Assemblée nationale le projet de Constitution qui se prépare au niveau de l’Exécutif. Toute chose qui fait peser de sérieuses menaces sur la tenue du référendum. S’il ne franchit l’étape du Parlement, en effet, le projet de texte en élaboration par le comité d’experts ne pourra pas être soumis au peuple, quoiqu’il ait été adopté au préalable par le gouvernement. En somme, le passage réussi des émissaires du gouvernement devant la Cagi, jeudi dernier, ainsi que la plénière, qui va certainement voter le projet de loi organique du référendum, ne sont que de petites victoires pour le moment. Les vrais débats s’annoncent dans les semaines à venir, et ils pourraient être âpres, à en juger par le ton qui est donné.

Félix D.BONY

L’inter

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment