12062016Headline:

Côte d’Ivoire-Nouvelle Constitution: Voici quelques ONG du Oui et du NON

alassane2

Mercredi 26 octobre 2016 à Abidjan, au cours des échanges dans le cadre de la nouvelle constitution entre le Président ivoirien et les leaders d’association de la société civile , des visions différentes et opposées ont été exposées.

Par exemple Association des femmes juristes de Côte d’Ivoire, la Fédération nationale de l’union de la jeunesse communale de Côte d’Ivoire, l’Union générale des travailleurs de Côte d’Ivoire avec Ebagnerin Joseph, le Réseau pour la paix et la Sécurité et l’Association de détenteurs de taxi-compteurs ont appelé les populations à voter Oui au référendum.

Par contre l’Ong Peace , Annesty international Côte d’Ivoire, la Poeci, la Lidho , ont fait preuve de neutralité.

L’Ong Peace , par la voix de Kéi Joëlle , n’a pas appelé à voter le oui, et s’est contentée de remettre « quelques supports de communication conçus dans le cadre de la campagne d’explication du projet de Constitution et de sensibilisation pour le référendum à venir ».

La porte-parole de la Poeci Marie Paul Kodjo s’est refusé à appeler en faveur d’une option , a dit ceci : « La Poeci invite encore une fois tous les citoyens et citoyennes à faire preuve de patriotisme et d’engagement pour un processus référendaire, apaisé, transparent et démocratique ».

Adjoumani Pierre de la Lidho a conclu son discours en ces termes : « Nous invitons les populations à sortir massivement pour faire entendre leurs voix et exprimer leurs points de vue sur ce projet constitutionnel car le référendum est par définition la meilleure forme d’expression de la démocratie ».

Mme Kouakou de Amnesty international , a souligné : « je voudrais terminer mon intervention par une invite au peuple de Côte d’Ivoire d’aller exprimer de façon libre et consciente son choix dans les urnes le 30 octobre 2016.

Cette atttide de neutralité , et de refus de donner des consignes fermes en faveur du OUI , est un pied de nez fait au camp du boycott.

N’empêche, cela a été déploré dans les termes ci -dessous , par Salimata Porquet présidente du Réseau pour la paix et la sécurité : « La societé civile doit dire oui. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit de la Constitution. Il ne s’agit pas d’aller voter des députés. Il s’agit d’aller voter pour vous-mêmes , pour votre pouvoir. Qu’est ce qu’on fait nous les femmes ? Nous votons oui ».

T.A.B, L’intelligent d’Abidjan

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment