10212017Headline:

Côte d’Ivoire: « On a menti sur Gbagbo pour rien ». (MEDIAPART Intégral)

Deux événements majeurs pour la Côte d’Ivoire se télescopent. Le premier est l’affaiblissement du président Ouattara, confronté à des mutineries dans l’armée. Le second est l’effondrement de l’accusation dans le procès ouvert par la Cour pénale internationale contre l’ancien chef de l’État ivoirien Laurent Gbagbo. Ce qui ruine le récit de dix années de crise forgé par la France et l’actuel pouvoir.

Deux événements majeurs concernant la Côte d’Ivoire se télescopent depuis quelques semaines : l’affaiblissement rapide du pouvoir du président Alassane Ouattara, confronté depuis janvier à une série de mutineries dans l’armée ; l’effondrement continu de la thèse de l’accusation dans le procès ouvert par la Cour pénale internationale (CPI) contre l’ancien chef de l’État ivoirien Laurent Gbagbo.
Ces deux situations sont étroitement liées. Elles ont la particularité de remettre en cause le récit couramment véhiculé sur le conflit postélectoral de 2010 et 2011 en Côte d’Ivoire et les années de crise politicomilitaire qui l’ont précédé. Alors que Laurent Gbagbo, président de 2000 à 2011, obsédé par son maintien au pouvoir à tout prix, a été accusé d’être à l’origine des violences, les revendications des militaires mutins viennent rappeler ou montrer la responsabilité des partisans d’Alassane Ouattara, qui ont choisi très tôt de recourir à la force armée pour conquérir le pouvoir. • Lire notre entretien avec l’ancien président «Laurent Gbagbo: j’accuse la France de Chirac et de Sarkozy»
Ce sont en effet des militaires pro-Ouattara qui ont fait, en décembre 1999, le coup d’État qui a renversé le président Henri Konan Bédié et installé le général Robert Gueï. L’un des principaux meneurs de ce putsch était le sergent-chef Ibrahim Coulibaly, également appelé « IB ». IB avait été, comme militaire, chargé d’assurer la sécurité d’Alassane Ouattara lorsque ce dernier était premier ministre de Côte d’Ivoire (1990-1993). Il est resté par la suite proche de l’homme politique et de son épouse, Dominique Ouattara, riche femme d’affaires d’origine française.
Ibrahim Coulibaly en 2003, à Ouagadougou, Burkina Faso © Reuters
L’objectif du coup d’État était de créer les conditions nécessaires pour permettre à Alassane Ouattara d’accéder à la présidence, explique aujourd’hui un ancien compagnon d’IB – IB a été assassiné en avril 2011. Alassane Ouattara était à l’époque accusé de ne pas posséder la nationalité ivoirienne et ne pouvait donc pas être candidat à l’élection présidentielle. Trois mois avant le coup d’État, Alassane Ouattara avait déclaré aux membres de son parti : « Nous frapperons ce pouvoir au bon moment et il tombera. » Toutefois, le plan des putschistes n’a pas fonctionné jusqu’au bout : Alassane Ouattara n’a pas pu, toujours pour défaut de nationalité, se présenter à la présidentielle d’octobre 2000, remportée par Laurent Gbagbo. Avant cela, les relations entre le général Gueï et IB s’étaient dégradées. IB s’était exilé au Burkina Faso, où il a été rejoint par plusieurs de ses camarades militaires.
Depuis Ouagadougou et avec l’aide du président burkinabé Blaise Compaoré, devenu lui aussi un proche de Ouattara, IB et ses hommes ont attaqué à plusieurs reprises la Côte d’Ivoire à partir de janvier 2001. En septembre 2002, après avoir recruté des civils comme combattants, ils ont lancé une vaste opération qui les a conduits jusqu’à Abidjan, où ils ont tenté de prendre le dessus sur les forces de sécurité. S’ils n’ont pas atteint leur objectif premier d’obliger Laurent Gbagbo à interrompre son mandat, ils ont réussi à prendre le contrôle de plus de la moitié de la Côte d’Ivoire.
Connus par la suite sous le nom de rebelles des Forces nouvelles, ils sont restés armés, malgré plusieurs accords de paix qui prévoyaient leur désarmement. Ils ont par ailleurs continué à régner sur le nord du pays, d’où ils ont organisé divers trafics. En 2002, il n’a jamais été clairement dit pour qui IB et ses hommes agissaient. Il était pourtant évident qu’ils combattaient pour le compte d’Alassane Ouattara. Les années suivantes, ce dernier a continué d’entretenir des liens avec les commandants des Forces nouvelles. En 2007, il a par exemple assisté avec son épouse, au Burkina Faso, au mariage de l’un d’entre eux, Chérif
Ousmane – qui est actuellement commandant au 1er bataillon de commandos et de parachutistes.
Toujours soutenues par le président Compaoré, les Forces nouvelles, dirigées par Guillaume Soro à partir de 2003, ont considérablement augmenté leur arsenal militaire avant l’élection présidentielle de 2010, comme si elles se préparaient pour une nouvelle guerre. En 2009, des experts de l’ONU ont ainsi jugé « particulièrement préoccupant le mouvement d’armes et de munitions entre le territoire du Burkina Faso et le nord de la Côte d’Ivoire contrôlé par les Forces nouvelles ». Ces acquisitions se sont faites en violation d’un embargo sur les armes imposé à la Côte d’Ivoire par le conseil de sécurité de l’ONU. Cependant, les Nations unies n’ont jamais infligé de sanction aux Forces nouvelles. Officiellement, on parlait alors d’environ 9 000 soldats servant sous la bannière de la rébellion.
Ce sont eux que l’équipe d’Alassane Ouattara a de nouveau mobilisés lors de la crise postélectorale de 2010 et 2011 qui a opposé l’ancien premier ministre au président sortant, Laurent Gbagbo. À l’issue d’un processus douteux, la commission électorale indépendante avait annoncé Alassane Ouattara victorieux. Mais le Conseil constitutionnel décidait d’annuler pour fraudes massives les résultats dans sept départements du nord, et proclamait la victoire de Laurent Gbagbo. Alassane Ouattara et ses soutiens ont aussi lancé une vaste opération de recrutement parmi les civils dans le nord de la Côte d’Ivoire et les États limitrophes. Plusieurs dizaines de milliers d’hommes, dont beaucoup de Maliens et de Burkinabés, ont rejoint les rangs des Forces nouvelles.
Les difficultés de la procureure Fatou Bensouda
En échange de leurs services, ces combattants mercenaires, sans formation militaire, se sont vu promettre une rémunération avantageuse et une intégration dans l’armée s’ils parvenaient à faire partir Laurent Gbagbo de la présidence. Bien que l’armée française ait réalisé, dans les semaines suivantes, le plus gros des actions sur le terrain, la victoire contre l’armée ivoirienne et l’arrestation de Laurent Gbagbo, le 11 avril 2011, ont été officiellement attribuées aux Forces nouvelles et à leurs supplétifs.
Une fois installé à la présidence, Ouattara a donné à tous les commandants des Forces nouvelles des postes importants au sein de l’armée régulière. Il a même nommé certains d’entre eux préfets, malgré leur analphabétisme et les graves crimes qu’ils avaient commis pendant la guerre de 2011 et les années de rébellion. Une partie des combattants engagés en 2002 et en 2011 ont aussi été intégrés dans l’armée. Les 8 400 militaires, selon le chiffre officiel, qui se sont mutinés en janvier et mai 2017 pour réclamer de l’argent au gouvernement, sont issus de ce groupe. Les sommes qu’ils ont demandées sont celles qui leur avaient été promises au moment de leur recrutement en 2002 et 2011. L’épicentre de leur soulèvement s’est d’ailleurs situé à Bouaké, où les Forces nouvelles avaient installé leur quartier général dès fin 2002.
Alassane Ouattara © Reuters
Les autorités ont finalement cédé et accepté de verser à chacun des mutins 12 millions de francs CFA (18 000 euros). Selon plusieurs sources, c’est un prêt du Maroc qui a permis de régler la facture, alors que l’État ivoirien est confronté à une sérieuse crise économique. Mais l’affaire ne s’est pas arrêtée là. Dans la foulée, les « démobilisés », c’est-à-dire les excombattants qui n’ont pas été intégrés dans l’armée, ont manifesté à Bouaké pour réclamer à leur tour ce qu’ils estiment être leur dû. Au moins quatre d’entre eux ont été tués lors de la dispersion par les forces de sécurité d’une de leurs manifestations, le 23 mai. Des négociations semblent avoir été depuis engagées avec le gouvernement.
Aujourd’hui, des spécialistes estiment que l’armée ivoirienne, majoritairement constituée d’anciens rebelles des Forces nouvelles commandés par leurs anciens chefs, est mal formée, mal dirigée, manque d’éthique et est, par conséquent, dangereuse. Ouattara le sait depuis son installation à la présidence. Sa garde rapprochée a d’ailleurs été composée de soldats d’élite fournis par Blaise Compaoré jusqu’à ce que ce dernier soit, fin 2015, chassé du pouvoir et vienne, avec l’aide de l’armée française, se réfugier en Côte d’Ivoire, où il vit depuis.
Comme souvent, l’histoire est ironique. Le pouvoir d’Alassane Ouattara se trouve malmené à un moment où Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale qui a ouvert, en janvier 2016, un procès pour « crimes contre l’humanité » contre son ancien adversaire Laurent Gbagbo et son ex-ministre Charles Blé Goudé, est, elle aussi, en difficulté. Fidèle à la version officielle des événements, Fatou Bensouda accuse l’ex-président Gbagbo d’être à l’origine des violences qui ont marqué le pays en 2010 et 2011, faisant officiellement 3 000 morts, et d’avoir conçu dès 2000 un « plan commun » (c’est la formule généralement utilisée pour les crimes contre l’humanité) visant à l’aider à garder le pouvoir à tout prix, y compris en faisant tuer des civils.
Mais les témoins de Fatou Bensouda ont beau défiler (45 ont été entendus jusqu’ici sur les 138 annoncés), aucun n’a apporté de preuve pour accréditer ses accusations. Tous ceux qui sont considérés comme les plus importants ont même contredit sa thèse. Ces derniers, qui étaient d’anciens hauts responsables des forces de sécurité, ont chacun fait le récit des événements de 2010 et 2011 en les reliant à ceux de 2002. Ils ont ainsi rejoint la ligne de défense des avocats de Laurent Gbagbo qui, depuis le début du procès, répètent que la crise postélectorale de 2011 n’a été que la suite de la tentative de coup d’État de 2002.
Le général Georges Guiai Bi Poin, entendu fin mars 2017, a par exemple expliqué qu’il y avait depuis 2002 des infiltrations de combattants armés pro-Ouattara dans Abidjan. Il a précisé : « C’était un fait constant depuis le début de la crise, depuis 2002. […] Les infiltrations […], c’était simplement un secret de polichinelle, puisqu’on savait à tout moment que ce type de choses était toujours possible. C’est pas seulement en 2010 : c’est depuis 2002 qu’on observait ces faits-là. »
Ce haut gradé a aussi déclaré que, sous la présidence Gbagbo, les forces de sécurité étaient sous-équipées en armes : « Depuis le début de la crise, en 2002, nous avions des vraies faiblesses structurelles en ce qui concerne l’armement. […] Les autorités ont essayé, entre 2002 et 2003, de relever le niveau des équipements, et donc, on a eu quelques équipements, d’origine d’Europe de l’Est notamment, mais pour une armée qui avait des faiblesses structurelles dans ce domaine depuis plus de 20 ans, 25 ans, ou bien quasiment depuis sa création, en 1960, ce n’était pas en deux ans, c’est-à-dire 2002 et 2003, qu’on pouvait combler ces déficits-là. »
« On a menti sur Laurent Gbagbo pour rien »
Comme d’autres avant lui, le général Bi Poin a par ailleurs indiqué aux juges que des hommes armés se trouvaient parmi les participants à une marche proOuattara organisée à Abidjan le 16 décembre 2010 et ont attaqué les forces de sécurité. Dès le début de cette manifestation, des policiers ont été tués, a-t-il souligné, parlant de « marche armée ». Cet événement du 16 décembre 2010 a été retenu contre Laurent Gbagbo par Fatou Bensouda, qui accuse l’ancien président d’avoir fait tirer sur une foule pacifique.
En 2010, il avait servi d’argument aux pays, dont la France, qui voulaient utiliser la force contre Laurent Gbagbo.
Le général Bi Poin témoignant devant la Cour pénale internationale à La Haye © (CPI)
Le 29 mai, c’est un expert en recherches ADN qui a été entendu par les juges de la CPI, à propos notamment de l’analyse d’un tee-shirt qui aurait appartenu à une femme, présumée victime, en mars 2011, dans la commune d’Abobo, de tirs des forces de sécurité, et enterrée depuis dans une fosse commune. Curieusement, le tee-shirt en question s’est révélé être dans un état « impeccable », malgré un séjour sous terre de plusieurs années, sans usure ou déchirure, et sans aucune trace de sang, selon le rapport présenté par l’expert, qui n’a pas pu donner de précisions sur la chaîne de conservation des échantillons qu’il a eu à examiner.
Autre curiosité : dans un procès ouvert en Côte d’Ivoire sur les mêmes faits, il n’a pas été possible d’analyser des restes des victimes annoncées, leurs corps n’ayant pu être retrouvés. Le bureau de la procureure a-t-il fabriqué des preuves ou bien s’est-il fait fournir par les autorités ivoiriennes des échantillons trafiqués ? Pour un avocat de la défense, le passage de ce témoin expert a en tout cas été « un fiasco » pour l’accusation.
L’histoire réelle semble ainsi être en train de rattraper à la fois Fatou Bensouda et Alassane Ouattara. En Côte d’Ivoire, les relations entre les anciens alliés d’hier, Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié (qui a soutenu Alassane Ouattara pour le second tour de la présidentielle de 2010), semblent tourner au vinaigre, depuis la découverte, pendant la dernière mutinerie, d’un important stock d’armes à Bouaké, chez le chef du protocole de Guillaume Soro. Les entourages des uns et des autres se combattent par médias et réseaux sociaux interposés, se livrant à un étonnant lavage de linge sale en famille.
« J’en suis convaincu, depuis longtemps : sans Guillaume Soro, Laurent Gbagbo n’aurait fait qu’une bouchée du PDCI-RDA [le parti de Bédié – ndlr] et du RDR [le parti de Ouattara – ndlr] », a par exemple écrit sur Twitter Franklin Nyamsi, l’une des plumes de Guillaume Soro. Alassane Ouattara « s’attaque à ses parents du nord. On a menti sur Laurent Gbagbo pour rien ». « Ne noyons pas le poisson. La vérité doit être sue. Laurent Gbagbo n’a pas tiré sur des civils. ADO [acronyme d’Alassane Dramane Ouattara – ndlr] l’a fait », a expliqué pour sa part un mystérieux « adjudant Zinzin », visiblement proche de Guillaume Soro. Le temps où Guillaume Soro comparait Laurent Gbagbo au président roumain Nicolae Ceausescu semble loin. En toile de fond de ce drôle de déballage se joue une lutte pour la succession d’Alassane Ouattara, dont le second et dernier mandat se finira en 2020.
Commentant ces derniers événements, le parti d’opposition Lider a jugé que la crise postélectorale « est loin d’être terminée en Côte d’Ivoire et [que] la seule chose qui émerge avec certitude à l’horizon 2020 est une nouvelle vague de violence, avec pour acteurs principaux les vainqueurs d’hier et pour éternelles victimes les populations ivoiriennes ».
D’ici à 2020, il est fort probable que Laurent Gbagbo retrouve la liberté. Cuno Tarfusser, le juge qui préside son procès, a en effet estimé, dans une décision écrite datant du 4 mars 2017, que la durée de sa détention provisoire – plus de six ans aujourd’hui – était anormalement longue et qu’il était temps de le libérer. Ses proches s’attendent à le voir sortir à tout moment du pénitencier de Scheveningen, à La Haye. La vie politique ivoirienne en serait alors totalement bouleversée, l’ancien président étant toujours très populaire dans son pays.

Fanny Pigeaud

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment