08172017Headline:

Côte d’Ivoire: Ouattara “Alors très chers ministres, tout vous est permis;Les raisons

 ministre

La «Déclaration d’amour» de Ouattara à ses ministres

C’est confirmé! Le président Alassane Ouattara est plus que satisfait du travail abattu par ses ministres qui rentrent dans le cadre de sa vision et cela, il ne manque pas de le dire à chaque fois qu’il en a l’occasion.

Vous êtes là, vous continuez avec moi»

Le premier conseil des ministres de l’année 2015 a eu lieu le mercredi 7 janvier, et à cette occasion encore, le Président de la République n’a pas manqué de clamer sa satisfaction à son gouvernement. Petit extrait de cette déclaration: «Je vois ici et là dans la presse des éléments concernant un remaniement ministériel. M. le Premier ministre, il n’en est rien. Vous êtes là, vous continuez avec moi. Je voudrais aussi dire que cette équipe ministérielle fait un excellent travail. Cette équipe, je la garderai jusqu’aux élections. Je considère que c’est une équipe accomplie qui fait un travail remarquable dans l’intérêt des citoyens. Et c’est ce qui importe dans notre vision». C’est vrai qu’on ne change pas une équipe qui gagne!

 

Genèse de ce gouvernement adulé par le président

Ce gouvernement dont notre cher Président raffole tant, est celui qui a été mis en place dans le dernier trimestre de l’année 2012, à partir de la dissolution du gouvernement précédent, dû à une «haute trahison» de la part due groupe parlementaire PDCI envers le RDR, tous membres de l’alliance RHDP. En effet, le chef de l’Etat a été obligé de dissoudre le 14 novembre 2012, le gouvernement d’alors dirigé par Ahoussou Kouadio Jeannot après avoir constaté un manque de solidarité des députés du parti de son «ainé» lors du vote en commission du projet de loi de mariage. Texte d’ailleurs, qui a soulevé une vive controverse dans toute la société, en plaçant sur un pied d’égalité mari et femme dans le couple; mais qui a fini par être adopté. La présidence a considéré cet acte de «trahison» comme une atteinte à la cohésion de l’alliance. Après ce remaniement, c’est Daniel Kablan Duncan, qui débarque à la Primature en remplacement de Maître Jeannot Kouadio Ahoussou, nommé dans le mois de mars; lequel a accepté tranquillement de quitter les lieux comme sacrifice à la « cohésion » des Ivoiriens. Le 19 novembre, sur proposition du nouveau locataire de la Primature, un léger remaniement technique est fait au niveau du gouvernement. Lisons ensemble le communiqué de la présidence lu par le secrétaire général Amadou Gon Coulibaly:«Au titre du gouvernement, Daniel Kablan Duncan est nommé Premier ministre, ministre de l’Économie, des Finances et du Budget; Nialé Kaba est nommée ministre auprès du Premier ministre, chargée de l’Économie et des Finances; Abdourahamane Cissé nommé ministre auprès du Premier ministre, chargé du Budget.» L’Ex-chef de la diplomatie, Kablan Duncan est remplacé aux Affaires étrangères par Charles Diby Koffi qui était depuis un moment, ministre de l’Économie et des Finances. Au final, lors de ce remaniement, à part le Premier ministre qui a changé, personne d’autre n’est sorti ni rentré de ce gouvernement. Il y a juste eu un petit mouvement de rotation. Il arrive que certains changent de ministère, mais c’est l’équipe qui demeure. Certainement que le président était déjà satisfait de ses ministres, à ce moment-là! Quelques temps après quand les mauvaises langues ont commencé à se faire entendre sur un éventuel remaniement, le chef de l’Etat a profité de la conférence de presse-bilan, au terme de sa tournée dans la région du Zanzan le 30 novembre 2012, pour les faire taire. Ecoutons-le: «Mais je veux que ce soit très clair, sauf cas de force majeur, le Gouvernement que j’ai, est mon Gouvernement jusqu’à la fin de mon mandat. Je ne suis pas de ceux qui font de la politique politicienne à changer de gouvernement tout le temps. Donc de grâce, si dans votre esprit, vous pensez que je vais dissoudre le Gouvernement pour faire entrer tel ou tel parti, (…), ce n’est pas mon intention». Eh oui, qu’ils sont chanceux, ces ministres! Mais qu’est-ce que le président entendrait par «cas de force majeur»? Question transmise à sa majesté Ouattara 1er! Alors tous les ministres ont passé une année 2013 tranquille sans être même inquiétés par l’évaluation qu’ils devaient subir conformément à leurs feuilles de route respectives. Mais en début d’année 2014, à la fin du premier trimestre, c’est un autre, mais très léger réaménagement technique qui a eu lieu au sein de ce gouvernement. Il s’agissait d’une permutation qui s’est faite entre Gnamien Konan ex-ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, et Cissé Bacongo ex-ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique, qui venaient ainsi de permuter leurs postes respectifs. De quoi ne pas inquiéter le reste du gouvernement, en tout cas! 4 mois après ce réaménagement, le 6 août précisément, lors de l’entretien que le chef de l’Etat a accordé à 2 journalistes de la RTI à l’occasion du 54ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara (encore!) revient sur la satisfaction qu’il a pour ses ministres. Ecoutons à cet effet, un extrait de l’échange qu’il a eu avec eux: «J’ai une équipe qui est au travail et je peux dire que cette équipe fait un bon travail avec à sa tête le premier ministre Daniel Kablan Duncan. Je souhaiterais continuer avec cette équipe le plus longtemps possible… Et je souhaiterais que nous soyons tous ensemble pour faire les prochaines élections. Parce que c’est important qu’il n’y ait pas trop d’interruption dans le travail de gouvernement… Nous avons perdu une année et demie et j’ai mis en place une équipe maintenant qui connaît mes méthodes de travail. L’équipe actuelle fait un excellent travail, je ne voudrais pas interrompre ce travail». Parce que ce serait donc ça, la vraie raison de reconduction des ministres, ne pas interrompre le travail du gouvernement? Mais dans tous les cas, le président ne manque pas d’éloges pour ses ministres. Et ce n’est pas avec Kablan Duncan aux commandes de ce gouvernement très compétent, qui dira le contraire. En effet, ces deux grands hommes ont été dans un passé lointain membres d’un même gouvernement où ils ont démontré leurs compétences. Alors pourquoi ne pas continuer? Effectivement, de 1990 à 1993, l’actuel président a été chef de gouvernement où le présent Premier ministre occupait le poste de ministre des Finances. Et à cette époque, paraît-il que tout allait bien dans le pays parce qu’ils avaient tous les deux fait un travail remarquable en inculquant une méthode de travail à leur équipe. Et rebelote, cette méthode a refait surface, pour le moins que l’on puisse dire!

 

Alors très chers ministres, tout vous est permis!

Alors mesdames et messieurs les ministres, le président a parlé, vous pouvez dormir tranquille sur vos deux oreilles, car si le président est avec vous qui sera contre vous? Personne… surtout, pas le peuple ivoirien constitué d’ingrats qui ne peuvent même pas apprécier à sa juste valeur les retombées futures d’un 3ème pont qui vaut à lui seul, deux mandats! Certains ministres pourront continuer à laisser de grosses factures de plusieurs millions pour leurs séjours dans les grands hôtels de la capitale au contribuable ivoirien, quand d’autres pourraient gonfler les factures lors de missions à l’étranger, il n’y a pas de problème! Pour ceux qui voudront également réhabiliter leurs bureaux ou même d’autres bâtiments étatiques à des prix exorbitants et même inventer des factures, là aussi, il n’y a pas de problème! Ceux également qui voudront utiliser leur titre de ministre pour dépouiller les pauvres citoyens de leurs biens, ils le pourront aisément, du moins jusqu’en 2015! C’est la Côte d’Ivoire et tout est permis, il n’y a pas de problème! Pour ceux qui voudraient simplement passer tout le temps aussi, à «twitter», là aussi, il n’y a pas de problème, on ne se fera pas prier pour les lire en tout cas! Pour ceux qui veulent également faire des voyages en amoureux au frais du contribuable, pas de problème, le contribuable va finir par s’y habituer! En fait, ils pourraient même remettre au goût du jour les « gré à gré » pour remplir leurs besaces personnelles et en faire profiter leurs proches. Du moment où en plus de cette promesse de sa majesté Ouattara 1er de les chouchouter jusqu’aux élections, ils ne sont pas prêts de voir la Haute Cour de Justice planer comme une épée de Damoclès sur leurs précieuses têtes! Mais attention chers ministres, un conseil, n’oubliez pas tous d’être de bons messagers de l’appel de Daoukro car tout vous est permis et le sera, tant que «vous travaillez ensemble jusqu’aux prochaines élections». Dixit notre président…

 

YAO RAISSA

SourceL’éléphant déchaîné

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment