07262017Headline:

Côte d’Ivoire: Ouattara aux syndicats des impôts «J’en avais gros sur le cœur..’il n’y a plus de prisonniers politiques dans les prisons”

ouattara 1

Côte d’Ivoire: Ouattara répond aux syndicats des impôts et soutient qu’il n’y a plus de prisonniers de la crise post-électorale mais des déstabilisateurs

Le chef de l’Etat a exprimé son mécontentent face à l’attitude des syndicats  desimpôts  opposés à l’appel à candidature pour la sélection de leur future Directeur général.

Il a par ailleurs réaffirmé qu’il n’a plus deprisonniers politiques dans les prisons comme l’a signifié le secrétaire d’un des cinq syndicats  des travailleurs.
«Croyez vous qu’il soit normal que des agents desimpôts ou des douanes fassent grève. Dans certains pays cela est interdit. Car se sont les recettes des Douanes et desimpôts  qui paient les fonctionnaires.
 Cela n’est pas concevable. Je pense que les agents doivent avoir la dignité et de la fierté. Le fait d’avoir un concours, pourquoi, les agents qui y travaillent actuellement pensent qu’ils ne sont pas capables de compétir avec d’autres agents venus d’ailleurs, » a déclaré Ouattara en réponse au agissements dessyndicats  des impôts.
Le chef de l’Etat a jugé le comportement dessyndicats  d’indigne puisque des agents de grande qualité existent auximpôts  qui ont fait acte de candidature et rien ne dit que certains d’entre eux ne seront pas retenus.
Pour lui, faire grève et dire pas de concours c’est instaure une société de médiocratie.
«J’en avais gros sur cœur sur ces questions que je considère inappropriées pour un secteur que je connais bien, car j’y ai travaillé. J’ai été ministre de l’Economie et des Finances moi-même. Je sais le travail important qui est fait par toutes les régies financières, la douane, lesimpôts  et le trésor, » a-t-il expliqué.
Comme indiqué le chef de l’Etat ivoirien a indiqué que quelques personnes ne doivent pas porter atteinte à l’honorabilité et à la dignité de ces structures régaliens de la Côte d’Ivoire qui sont admirés par toutes les organisations internationales.
En évoquant le sujet relatif auxprisonniers politique, a dit ses vérités à ses détracteurs en affirmant qu’ils font de l’intoxication.
«Les décisions de libération et de grâce prise à l’occasion des fêtes de fin d’année s’inscrivent dans notre volonté de renforcer la paix et d’œuvrer à la réconciliation nationale, la cohésion sociale. Il n’y a pratiquement plus deprisonniers  de lacrise post-électorale  dans les prisons. Je veux que vous le sachiez et que cette intoxication s’arrête, »a-t-il martelé.
Selon lui, les personnes arrêtées dans le cadre de lacrise post-électorale  à l’exception de trois ou quatre pour lesquelles, il y a des crimes graves ont été libérées.
«Bien sur, il reste un certain nombre qui sont en prison. Ce sont des personnes qui ont attaqué des commissariats de police, des camps de gendarmerie, des camps militaires à partir de juin, juillet 2011. Cela n’ai pas la crise post-électorale. C’est tout simplement de la déstabilisation, » s’est-il justifié.
«Et ces personnes doivent être jugées selon la loi. Nous ne devons pas donner un monopole de la déstabilisation. La déstabilisation ne passera pas. Et je vais prévenir les uns et les autres tous ceux qui s’amuseront à entreprendre de nouvelles tentatives de déstabilisations seront arrêtés et jugés et s’il le sont confirmés iront en prison. Je le dis avec la plus grande fermeté, » a poursuivi Ouattara.
Estimant que la Côte d’Ivoire est un pays de pardon, il soutient cependant qu’il n’acceptera pas que la quiétude des ivoiriens soit perturbée par quelques individus qui ont reçu dix ou 30 mille FCFA pour venir attaquer des camps militaires, des camps de police et des camps de gendarmerie.
Le message étant clair selon lui, le Président ivoirien rappelle à tous ceux qui demandent la libération de tous lesprisonniers  qu’ils sachent que plus de 3000 ont été libérés.
Avec ces libérations, il a indiqué que le ratio des nombres deprisonniers en chambre disponible est parmi les plus faibles en Afrique.
«Nous avoisinons quasiment, les taux dans les pays les plus modernes en Europe. C’est dire que la Côte d’Ivoire a fait du chemin, » a-t-il conclu.
Wassimagnon, Abidjan
koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment