05232017Headline:

Côte d’Ivoire – Ouattara chasse, et chassé, dans le pré de Gbagbo; confusion au FPI

ouattara à bonoua

Ouattara en terre ébrié

Le Président de la République Alassane Ouattara a effectué une visite en pays Tchaman, hier lundi. A la Une de Le Patriote, on lit que ces derniers ont confié au président Ouattara que « Grâce à vous, le pays avance ». Et que le chef de l’État a promis 52 milliards pour le District d’Abidjan. Le journal écrit alors: « la rencontre entre les Tchaman et Alassane Ouattara, organisée au stade d’Anono à (Cocody), aura tenu toutes ses promesses. Pour ce grand rendez-vous, la mobilisation était tout simplement grandiose. « Les élections à venir nous permettront de tourner définitivement la page de la crise que nous avons connue. Pour les mois à venir, je m’engage à investir 52milliards dans le District d’Abidjan …», a déclaré Ouattara. En retour, ses hôtes lui ont dit : « Avec vous, nous avons des raisons d’espérer. Nous nous inscrivons dans le processus de réconciliation, parce que nous sommes un peuple de paix… C’est grâce à vous que le pays avance. Vous être notre guide pour aller à l’émergence », a affirmé Beugré Mambé, porte-parole des Atchan.

A la Une, Fraternité Matin écrit pour sa part : « Le chef de l’État aux Atchans, hier, à Anono. ”J’ai entendu vos mesages” ». Alassane Ouattara a parlé de réconciliation avec ses hôtes et a indiqué qu’il « ne connaît pas la rancoeur ». « En ce qui me concerne, j’ai pardonné. Je voudrais vous rassurer et vous dire que j’ai entendu vos messages », a-t-il dit, rapporte le quotidien gouvernemental.

Le Nouveau Courrier titre qu’au cours de cette rencontre qui est un « prétendu soutien des Tchaman à l’appel de Daoukro », « la pluie dit niet à l’imposture de Ouattara !» Il écrit donc : « La forte pluie qui s’est abattue lors d ela rencontre entre Ouattara et le peuple Atchan et dont certains disent qu’elle a été artificiellement suscitée, visait-elle à mettre fin à l’imposture que les organisateurs envisageaient de servir aux Ébrié ? Ce qui est sûr, la fête que Beugré Mambé et les cadres Atchan pro-Ouattara préparaient pour faire plaisir au chef de l’État sans le consentement des populations n’a pas eu lieu. Le journal indique qu’il s’est passé un dialogue de sourds entre Ouattara et les Atchan, provoqué par la forte pluie qui n’a pas permis de saisir les messages.

Le jour plus avance que par cette rencontre “le dernier bastion de Gbagbo est tombé” car les Atchan, grands soutiens de l’ex-président , ont donné leur onction à Ouattara. Il note que la mobilisation qui ne serait pas possible à une certaine époque montre que “les Atchan ont tourné le dos à la refondation et à ses idéologues et démagogues”

Crise au FPI

« Important virage dans la crise au FPI : un mystérieux médiateur annoncé entre Affi et Gbagbo. Tout sur son offensive », titre Soir Info, à la Une. L’information qu’il tient de Jeune Afrique (J.A) dit que ce mystérieux médiateur veut « réconcilier Pascal Affi N’guessan et Laurent Gbagbo ». Il ressort que : « C’est dans ce but qu’un émissaire proche de l’ancien chef de l’État mais pas insensible à la ligne incarnée par le président du FPI a quitté Abidjan le 12 mai pour se rendre à la Haye, où il devait rencontrer Gbagbo dans le centre de détention de la Cour pénale internationale (CPI) à Scheveningen. » Mais selon Soir Info, J.A n’a pas dit si le médiateur a rencontré Laurent Gbagbo. Le journal s’étonne que Ouattara parle de rancune au peuple Atchan et dise avoir pardonné. “Que leur reproche t-il”, s’interroge le quotidien qui croit que Ouattara est une “éternelle victime”

C’est la même information à la Une de L’inter, mais en plus, une réaction du camp Affi. En effet, le patron de la Communication d’Affi a marqué son étonnement face à cette information, affirme t-il. « Voulez-vous nous faire croire que Laurent Gbagbo et Affi N’guessan ne sont pas proches, pour qu’un médiateur tente de les réconcilier. Non, je ne suis pas informé de cette mission à laquelle vous faites allusion ». Un autre dignitaire pro-Affi a déclaré également que « nous n’avons envoyé personne à la Haye. Il n’y a aucune brouille entre les président Affi et Gbagbo ».

C’est dans cette polémique que se tiendra, ce weekend, le congrès extraordinaire du Fpi, tendance Affi, suivi de la fête de la liberté. L’Expression livre que « de graves menaces » pointent à l’horizon. Ce sont les organisateurs de l’évènement qui le disent: « la question de la sécurité se pose effectivement. C’est vrai, il y a des menaces de perturbation de la fête je ne sais pas pour quelles raisons. Mais ce qui est regrettable, c’est que ces menaces de perturbation ne viennent pas du pouvoir, elles ne viennent pas de nos adversaires, mais de militants du FPI », a déploré l’ex-ministre Augustin Komoé.

Problème chez les Éléphants

L’équipe nationale senior de football de Côte d’Ivoire, les Éléphants, sont en ce moment sans sélectionneur. « Hervé Renard, est parti », fait savoir Soir Info. Selon une information livrée par un site français, Hervé Renard « a déjà signé à Lille ». il sera payé 39 millions 300 mille Fcfa le mois. Le site indique que Lille et la Fédération ivoirienne de football (FIF), à qui le sélectionneur doit 15 mois de contrat, se sont entendus et la FIF sera dédommagée à hauteur de 262 millions de Fcfa, apprend-on.

Entre temps, L’Expression affirme qu’avant le match Côte d’Ivoire-Gabon comptant pour les éliminatoires de la CAN 2017, « Yaya Touré pose des conditions ». Il s’oppose à la délocalisation du match d’Abidjan à Libreville. « Il nous appartient de tout mettre en œuvre pour jouer devant notre public. La Côte d’Ivoire ne peut pas recevoir un adversaire sous prétexte qu’un stade est défectueux. Jouer à Bouaké, nous permettra d’être proches des supporters », a-t-il voulu.

De l’autre côté, hier, il y a eu passation des charges entre l’ex-ministre des Sports Alain Lobognon et son successeur Albert François Amichia, informe la presse.

Linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment