05222019Headline:

Côte d’Ivoire-Ouattara et Affi N’guessan ont passé un week-end spécial

affi et ouattara

Désignation de Ouattara au RDR

Le Rassemblement des Républicains (RDR) a fait du chef de l’État, Alassane Ouattara, son candidat pour les élections présidentielles de 2015. C’était le dimanche 22 mars 2015, à son congrès extraordinaire tenu à Treichville. Les journaux proches du pouvoir ont mis l’accent sur la mobilisation des militants, l’objectif visé par les organisateurs.

« RDR : 100.000 militants au Palais des sports, hier », annonce en surtitre Le Patriote, à la Une. En titre, il écrit : « Non, on ne change pas un gagneur », et offre la narration suivante : « L’instant est magique. Voire féérique. Ce dimanche 22 mars est historique. Un palais des sports paré d’orange, de blanc, de vert et de jaune, qui refuse du monde, plus d’une centaines de milliers d’hommes et de femmes , dans une ambiance carnavalesque vers le palais des sports qui s’est transformé pour la circonstance en cathédrale où la plus grande famille des républicains est venue célébrer la grand-messe. Les militants ont décidé d’apporter leur plébiscite à un homme d’exception. Le docteur Alassane Ouattara ».

Dans la même approche, Nord-Sud Quotidien titre : « Candidature à la présidentielle 2015 / RDR : c’est Ouattara à 100 % ». Car, mentionne t-il, le RDR valide la candidature de Ouattara. « Alassane Ouattara n’était pas présent hier, au palais de sports de Treichville mais, c’est comme s’il y était. Tant à chaque évocation de son nom, une sorte d’hystérie semblait s’emparer des militants et sympathisants du RDR. Ceux-ci avaient très tôt le matin pris d’assaut pour voir en direct l’investiture de leur mentor, pour la présidentielle de 2015 », raconte-il.

Même son de cloche de la part de L’Expression qui, au vu de la mobilisation, parle du « retour de la force de frappe » du RDR. Pour lui donc, « la fête a eu lieu » comme l’ont voulu les dirigeants du parti.

Inauguration du pont de Jacqueville

Le président Alassane Ouattara a livré le pont de Jacqueville aux populations. Baptisé ”Pont Philippe Grégoire Yacé, l’ouvrage a été inauguré le samedi 21 mars 2015. En donnant le nom de du défunt Yacé au pont, le chef de l’État a voulu lui rendre hommage, fait savoir Fraternité Matin. A juste titre, le quotidien a mis en exergue à la Une un propos de Ouattara le concernant. « Philippe Grégoire Yacé fut président de l’Assemblée nationale de 1960 à 1980 et du Conseil économique et social de 1985 à sa disparition en 1998. Il aura fortement contribué à donner une âme à ces deux grandes institutions de notre jeune démocratie. Il a été un modèle pour le jeune Premier ministre que j’étais et j’avais pour lui une sincère admiration…»

L’inauguration du pont Yacé long de 608 mètres, en 2×1 voie, a été l’occasion pour « Ouattara de passer aux aveux » concernant Laurent Gbagbo, relève Notre Voie. En effet, le chef de l’État a reconnu le travail de son prédécesseur dans la réalisation de l’ouvrage. « Quatre ans. C’est le temps qu’il a fallu pour que le Président Ouattara reconnaisse que Laurent Gbagbo a posé un acte positif. En effet, dans son intervention samedi dernier, au cours de la cérémonie officielle d’inauguration du pont de Jacqueville, il a reconnu avec ces mots que son prédécesseur avait commencé la construction de cette infrastructure. ”En 2009, l’ancien président de la République Laurent Gbagbo, avait également pris l’engagement et essayé de démarrer les travaux de construction de ce pont..”», rapporte le journal.

Le Quotidien d’Abidjan abonde dans le même sens et titre à la Une: « Pour la première fois, Ouattara rend hommage à Laurent Gbagbo ». Car le pont est « encore un autre chantier de Gbagbo inauguré », écrit le journal. « Si l’histoire de la construction de ce pont est très ancienne, datant du régime de Félix Houphoeut Boigny, puis remis au goût du jour par celui d’Henri Konan Bédié, c’est véritablement sous le pouvoir de Laurent Gbagbo, pourtant presque financièrement déstabilisé par une rébellion armée que le projet dans sa phase pratique a commencé… En tout cas, pour une fois au moins, Alassane Ouattara a rendu à César ce qui est à César en citant nommément Laurent Gbagbo comme celui qui a décliné en actes le projet du pont, à la surprise générale des populations qui l’ont longuement ovationné pour cet acte de reconnaissance », rapporte-il.

Situation tous azimuts

Le ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko aurait refoulé une délégation des caciques du FPI, baptisée ”les frondeurs” et présidée par Sangaré Abou Drahamane. Le Temps livre « toute la vérité sur un gros mensonge ». « Depuis ce matin, (vendredi 19 mars), je suis au village. Je n’ai conduit aucune délégation du FPI chez Hamed Bakayoko. Je ne peux pas être au village et être chez Hamed Bakayoko en même temps. C’est archi-faux, c’est du mensonge. En même temps, le FPI n’a envoyé personne chez lui. C’est invention de nos adversaires internes qui sont aux abois. Je demande aux militants de rester sereins et mobilisés et de n’écouter ces ragots. Allons-y seulement. Haut les cœurs, Gbagbo vaincra ! », a déclaré l’ex-ministre Danon Djédjé.

Quant à Affi N’guessan, le président de l’autre branche du FPI, qu’on dit rouler pour le pouvoir, il a été reçu le président nigérien Issouffou Mahamadou, le week-end dernier. De retour à Abidjan, Affi N’guessan, dira de cette visite, après celle à IBK du Mali, que « le bilan est positif », à en croire Notre Voie. « …Le bilan est très positif et très satisfaisant. Il a été extrêmement positif… Les deux présidents IBK et Mahamadou Issouffou nous ont accordé tout le temps qu’il fallait pour l’entretien », a-t-il affirmé.

Au PDCI, Soir Info raconte que, même si leur aventure présidentielle se terminait par un fiasco, ”les irréductibles”, c’est-à-dire les cadres du parti candidats à la présidentielle malgré l’appel de Daoukro, ne seront pas chassés du parti…». Pourtant, à en croire L’inter, entre deux de ces irréductibles, à savoir Charles Konan Banny et Essy Amara « y a problème ». Le problème vient de ce qu’en dehors des propos qu se veulent rassembleurs, ces deux ténors du PDCI, candidats face à Ouattara, mènent des actions solitaires.

Linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment