11212019Headline:

Côte d’Ivoire: Ouattara évite Kagamé après les « gbê » de ce dernier sur la corruption à Abidjan

Invité d’honneur de la huitième édition de la CGECI Academy, le Président du Rwanda, Paul Kagamé, était à Abidjan le lundi 14 octobre 2019. Il n’a pas pu rencontrer son homologue ivoirien Alassane Ouattara puisque celui-ci s’est envolé la veille pour des visites au Japon et en Russie, pour une manifestation qui commence le… 20 ctobre 2019.

En effet, selon un communiqué du service communication de la présidence dont Afriksoir.net a reçu copie, Alassane Ouattara, a quitté Abidjan le dimanche 13 octobre 2019 pour une mission qui le mènera successivement à Tokyo, au Japon et à Sotchi, en Russie. Selon ce communiqué de la direction de la communication de la présidence, le chef de l’Etat ivoirien prendra part, du 20 au 23 octobre 2019, à Tokyo, à la cérémonie d’intronisation du nouvel empereur du Japon, le prince héritier Naruhito.

Le prince Naruhito est devenu, le 1er mai 2019, le 126è empereur du Japon, au lendemain de l’abdication de son père, l’empereur Akihito. Alassane Ouattara se rendra ensuite à Sotchi, en Russie, du 23 au 26 octobre 2019 où il participera au premier sommet Russie-Afrique consacré à la paix, à la sécurité et au développement. Notons par ailleurs que ledit communiqué ne mentionne pas les raisons des 7 jours d’absence (du 13 au 20 octobre 2019) du président de la République de la Côte d’Ivoire.

Est-ce une manière d’éviter le débat sur la corruption en Afrique plus particulièrement en Côte d’Ivoire dont-on sait que son homologue Rwandais ne se dérobe pas ?

Il a bien donné l’exemple en décembre 2018, lors de sa visite d’État en Côte d’Ivoire. Paul Kagamé avait fait une leçon sur le phénomène de la corruption en Afrique pendant sa conférence publique. Et,en présence de Daniel Kablan Duncan, vice-président de Côte d’Ivoire.

Paul Kagame et Alassane Ouattara le 19 décembre 2018 à Abidjan
Paul Kagame et Alassane Ouattara le 19 décembre 2018 à Abidjan
En effet, à la question de savoir comment ses solutions contre le fléau de la corruption ont pu fonctionner au Rawanda, le président rwandais avait été très précis : « Le refus d’accepter cette situation d’insatisfaction et trouver l’énergie d’en sortir est la vraie solution. Chaque année, je déclare mes biens. Moi, mes biens sont connus publiquement. Il n’y a aucune manière de lutter contre la corruption que ça. Il était hors de question que la corruption s’installe comme un mode de vie chez nous. (…) lutter contre la corruption est dangereux, mais ne pas lutter contre elle, est plus dangereux ».

Même si, tant bien que mal, Daniel Kablan Duncan avait tenté de trouver des similitudes entre les deux hommes d’État dans leur combat contre la corruption. L’on pourrait croire que la déclaration de Paul Kagamé semble bien déranger le pouvoir ivoirien, d’autant plus que les déclarations publiques du patrimoine du président lui-même, de l’ensemble des présidents d’institutions, personnalités et hauts cadres de l’administration assimilées ; se font plutôt en privé, dans le bureau du président de la Haute autorité pour la bonne gouvernance (HABG), N’Golo Coulibaly.

Lire sur afrik soir

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment