12122017Headline:

Côte d’Ivoire: Ouf de soulagement populaire /La colère des militaires calmée , reprise timide des activités

Côte d’Ivoire: La colère des militaires calmée avec l’accord, plus de tirs, reprise timide des activités et ouf de soulagement populaire

Enfin on respire un peu. Les 5 millions de Fcfa conclus avec les soldats de l’ex-rébellion ayant dicté leur loi à la classe politique dirigeante qui avait pourtant affiché sa ferme volonté de ne plus rien leur donner, ont permis de faire baisser la tension quelques heures après l’annonce de l’accord lundi soir.

En effet, le temps que l’information fasse le tour des casernes du pays, le calme est progressivement revenu.

Plus de tirs en l’air à foison, les barrages levés comme constaté à Bouaké et Abidjan par KOACI et rapporté de Daloa, Korhogo ou Bondoukou par nos sources sur place.

Les activités reprennent timidement, l’onde de choc de la mutinerie guide encore certaines entreprises, institutions ou écoles à fermer. Le calme revenu et avec la journée de mardi pour le constater, à moins d’un changement de scénario, tout indique que le véritable retour à la normale économique sera pour mercredi.

Tous les militaires contactés ont expliqué avoir accepté l’ “effort” de 2 millions demandé, attendre désormais l’effectivité du virement des 5 millions de Fcfa et “jouer le jeu” de l’accord conclu entre temps en rentrant en caserne même si la tension et la méfiance d’un nouveau non respect d’engagement est palpable.

Des récalcitrants sont néanmoins annoncés à San Pedro, Akouedo et Bouaké. S’ils ont tiré en l’air, ils seraient désormais minoritaires. Ils expliquent n’avoir reçu aucune assurance concrète du virement de l’argent et attendent d’être mieux informés sur l’accord.

L’épisode des quatre jours de mutinerie qui ont paralysé le pays et ses activités laisse néanmoins les ivoiriens perplexes quant à ses dirigeants et institutions. Entre remise claire en cause du Chef d’Etat Major dont les appels et les menaces n’ont au constat eu aucun effet sur les soldats qui réclamaient leur argent, et l’autorité de la classe politique sans eux.

Les militaires armés issus de l’ex-rébellion, qui ont aidé à l’accession au pouvoir du régime actuel, ont démontré à ciel ouvert après une, sans nul doute, “tentative politique” avec une déclaration de renonciation au solde de leur prime diffusée jeudi soir qui a mis le feu aux poudres, qu’ils étaient bel et bien les rois du pays n’en déplaise à ceux, silencieux ou planqués durant ces longues journées d’angoisses, qui, aux beaux jours revenus, viendront dire le contraire.

Amy Touré, Abidjan

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment