07242017Headline:

Côte d’Ivoire /parti unifié / Voici les grands defis de BEDIE et OUATTARA

bedié et ouattara

La volonté des présidents Bedié et Ouattara de transformer le rassemblement des Houphoutistes pour la democratie et la paix ( RHDP) en parti unifié sera d’etre une sinecure, pour plusieurs raisons.

Renoncer à son parti politique pour se fondre dans le Pdci-Rda. Tel semble être le sacrifice que demande l’ex-président Bédié, garant du plus vieux parti politique de Côte d’Ivoire à ses pairs, membres du Rhdp.

C’est ce que laisse entendre sa déclaration lue mardi 17 novembre dernier, à la faveur du bureau politique de son parti. « Le parti unifié dont nous parlons est le retour de tous les Houphouëtistes au Pdci », a-t-il fait savoir. De prime abord, aucun parti membre de cette alliance ne s’hasarde sur le sujet même si Pdci, Rdr, Udpci, Upci et Mfa avaient tous soutenu le ‘‘sphinx de Daoukro’’ lors de son appel du 17 septembre 2014.

A l’unanimité, ils ont accepté, le 03 août dernier, l’érection de l’alliance en groupement politique, doté d’une existence juridique, reconnue par le ministère de l’intérieur. Ce premier pari gagné, Bédié et Ouattara ont du pain sur le plancher. Car Mabri Toikeusse, Gnamien Konan et Anzoumana Moutayé, tous présidents de partis membres de cette coalition au pouvoir ne pourront accepter d’être réduits à de simples militants.

Surtout pas avec toutes les prorogatives que leur confère cette position. Au nombre de celles-ci figurent les postes ministériels cédés à leurs différentes formations politiques. Par ailleurs, ces figures de proue ne sauraient descendre dans l’arène des jeunes loups aux longues dents.

Toute chose pour dire que l’alternance 2020 sera âprement disputée. «C’est le meilleur des collaborateurs du chef de l’Etat, Alassane Ouattara qui lui succédera au terme de son second mandat. », a affirmé, jeudi 12 novembre dernier Amadou Soumahoro, secrétaire général du Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel).

Quitte à savoir qui de ces derniers, de Soro et Hamed Bakayoko ou encore de Kouadio Konan Bertin (KKB) sera le meilleur. Mabri Toikeusse ne s’était pas embarrassé de fioritures pour prétendre succéder à Ouattara. Dans le même ordre d’idée, la guerre froide entre Guillaume Soro et Hamed Bakayoko finira par éclater au nez des Ivoiriens.

A ces prétendants, s’ajoute KKB. Le candidat classé troisième au scrutin du 25 octobre dernier a pu mesurer sa côte de popularité. Après ce ballon d’essai, le député de la commune de Port-Bouet revient, tel un fils prodige, dans sa famille politique, pour en prendre les rênes. Autant de chantiers qui attendent le couple Bédié-Ouattara.

La campagne de sensibilisation, d’explication et de mobilisation en vue de l’adhésion massive des militants, annoncée par Bédié, sera loin d’être une promenade de santé.

S. CARMONE, correspondant eventsnewstv à Abidjan

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment