12102016Headline:

Côte d’Ivoire –PHOTOS/Après l’investiture de Ouattara Place à la guerre des chiffres

 En images/L’investiture du candidat ‪#‎RHDP‬ Alassane Ouattara à la présidentielle 2015

La polémique sur la mobilisation réussie ou non de la convention d’investiture du Rhdp fait rage sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, ce samedi. Combien étaient-il au stade, les militants et sympathisants du Rhdp pour l’investiture du candidat unique Alassane Ouattara ? Les organisateurs avaient annoncé 200 mille participants en provenance des quatre points cardinaux du pays.
Si le débat s’ouvre à présent sur les chiffres de la mobilisation, c’est parce que l’enjeu était à ce niveau. Ce ne sont pas les discours, les motions ou autres paroles qui intéressent les internautes. Dans l’esprit des proches du chef de l’Etat, cette convention a été voulue au stade Houphouët-Boigny au lieu de Yamoussoukro pour décourager à jamais (moralement et psychologiquement) les adversaires du ‘’candidat multidimensionnel’’, périphrase bien choisie de Henri Konan Bédié. Le message était clair et ils l’ont dit à maintes reprises : ‘’Ouattara est le choix des Ivoiriens et personne, à part lui en 2015, ne peut remplir un stade d’au moins 35 mille places’’. Le ministre Adjoumani l’a même dit encore ce jour à la fin de la cérémonie : « l’expérience a montré qu’un candidat qui n’a pas la possibilité de remplir un stade comme celui-ci ne peut pas être un candidat sérieux. Aujourd’hui, nous avons fait le plein du stade, des militants étaient dehors et les plus nombreux étaient ceux qui n’ont pas fait le déplacement »
Faut-il convenir avec lui ? En tout cas depuis la diffusion des premières images, la polémique n’arrête pas d’enfler. Les communicants pro-Ouattara balancent des images des premières heures où la foule était forte et dense sur la pelouse. Ceux qui ne font pas attention postent cependant des images où apparait l’arrière-plan du podium. Sur cet arrière-plan, que ce soit avant ou après l’arrivée de Ouattara, des gradins étaient bien vides. Dans ce débat, les pro-Gbagbo ont trouvé un jeu favori. Ils ne cessent de juxtaposer les images de l’investiture de Ouattara et celles du dernier meeting de campagne du candidat Laurent Gbagbo en 2010 qui faisait stade comble. Pour railler les partisans d’Ado, ils refont le contentieux électoral par les images. « Gbagbo a fait craquer le stade, il a donc été l’élu du peuple par rapport à Ouattara en 2015 qui après cinq ans de gouvernance et candidat unique d’une coalition n’arrive pas, selon eux, à créer un tsunami de mobilisation ». A qui la faute ?

SD à Abidjan

connection

 

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment