12102016Headline:

Côte d’Ivoire -Plébiscite pour Gbagbo, ”le camp Affi” en colère

gbagbo et affi

Gbagbo élu à 99,64%

Gbagbo est le nouveau président du Front populaire ivoirien (FPI), du moins, pour ce qui concerne la tendance Sangaré, opposée à Affi N’Guessan. Il a été élu avec un score écrasant. C’est ce qu’indique Le Temps. « 3è Congrès du FPI/ Résultat de l’élection à présidence : Gbagbo élu avec 99,64% des voix », barre à sa Une le journal. Selon les résultats fournis par le Comité d’organisation de ce Congrès, « au terme des opérations électorales organisées à la base, nous pouvons donner les résultats suivants Laurent Gbagbo a obtenu 15851 voix soit 99,64% des suffrages ». De son côté, L’Inter, précise que Laurent Gbagbo a été « élu président par le camp Sangaré ». « L’ex- chef d’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo incarcéré depuis 2011 à la CPI a été élu président du FPI par le camp Sangaré lors d’un vote dans des sections à travers le pays », fait savoir le journal. Quant à Soir Info, il se penche sur ce qui va se passer après cette élection notamment, l’investiture du ‘’président du FPI’’. « La gendarmerie boucle le village de Gbagbo », barre à sa Une le quotidien. Selon le quotidien, « La consigne aux hommes est sans équivoque, rapporte notre source sur place à Gagnoa : « empêcher tout rassemblement des militants du Front populaire ivoirien ( Fpi) à converger vers Mama, et réguler les mouvements des populations de cette localité… Pas une mouche ne doit voler à Mama… ». C’est que la tendance « dissidente » du Fpi, conduite par Abou Drahamane Sangaré tient à Mama, village de Laurent Gbagbo, les 30 avril, 1er et 2 mai 2015, un congrès extraordinaire, doublé de la célébration de la « fête de la liberté ». En toile de fond, rendre hommage à Laurent Gbagbo, à son combat pour la liberté, adresser un message à la Cour pénale internationale ( Cpi), au monde entier, un autre message aux militants, aux parents du président Laurent Gbagbo et à tous les frères africains pour dire que « le combat pour la liberté n’est jamais définitivement gagné, de réaffirmer leur engagement et leur détermination à mener le combat pour sa libération, mais aussi, faire droit à la volonté des militants de communier avec ce dernier et avec ses parents ».Cette élection, L’Expression choisit de l’assimiler à une défiance de l’autorité judiciaire. « Les frondeurs continent de narguer la Justice », commente le quotidien.

L’Ecole toujours dans le dur

Les jours passent et les difficultés que connaît l’Ecole ivoirienne ne semblent pas vouloir s’estomper. Soir Info indique notamment que des arrestations ont été enregistrées. « Plusieurs élèves arrêtés, les grévistes menacent », titre le quotidien. « Les élèves du lycée moderne d’Aboisso et ceux des autres établissements de cette ville ont érigé, le mardi 28 avril 2015, des barricades sur la voie internationale, empêchant du coup la fluidité de la circulation. Ils évitent, de justesse, une bagarre avec les chauffeurs de taxi. Au moment où, lors d’une rencontre à l’immeuble Brou Gustave avec les enseignants, la directrice régionale de l’Education nationale et de l’enseignement technique (Drenet) demande à ceux-ci de reprendre les enseignements, les élèves scandent : « Payez nos professeurs, on veut aller à l’école ». Les minutes qui suivent, ils se regroupent en masse sur la voie, bloquant plusieurs carrefours », relate le journal.

Sur cette question, L’Expression met en avant la responsabilité des élèves. Le journal proche du pouvoir écrit notamment que, « les lycéens et collégiens ont délogé les tout-petits dans toutes les écoles primaires et les quelques collèges privés où les cours étaient dispensés ».

Linfodrome.ci.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment