12082016Headline:

Côte d’Ivoire: Plus de transfèrement d’ivoiriens à la Haye, la CPI Contre-attaque

porte parole de la cpi

Le chef de l’Etat, Alassane Ouattara Search Alassane Ouattara recevant des « victimes » de la crise post-electorale de 2011 le week-end dernier, indiquait qu’il n’aurait plus de transfèrement d’ivoiriens à la Haye ,et que tous les présumés responsables seront jugés par la justice nationale .

« Les personnes responsables d’atrocités seront jugées et continueront d’être jugées en Côte d’Ivoire par la justice ivoirienne, quelque soit les opinions nationales ou internationales », a déclaré ce dernier depuis Abobo.

Le porte-parole de la Cour Pénale Internationale (CPI) joint ce mardi par koaci.com pour réagir à cette déclaration, estime que la Côte d’Ivoire a le devoir de coopérer avec l’institution judiciaire et ce conformément au Statut de Rome.

« La CPI Search CPI est une institution purement judicaire et poursuit ses activités en toute indépendance conformément au Statut de Rome auquel la Côte d’Ivoire est partie. En tant qu’Etat partie au Statut de Rome, la Côte d’Ivoire a l’obligation de coopérer avec la CPI Search CPI et de respecter le cadre légal de ses activités, c’est-à-dire le Statut de Rome, y compris en ce qui concerne les demandes de remise de suspects à la Cour », a expliqué Fadi El Abdallah, avant de poursuivre. « Le Statut de Rome adopte également le principe de complémentarité, selon lequel la responsabilité première demeure à la charge de la justice ivoirienne de mener des poursuites sérieuses contre les personnes suspectées des crimes les plus sérieux. C’est uniquement si la justice ivoirienne n’a pas la capacité ou la volonté de mener des poursuites sérieuses contre les mêmes suspects et pour les mêmes faits allégués que la CPI Search CPI peut intervenir et demander la remise des suspects. La CPI Search CPI respecte cette priorité
accordée à la justice ivoirienne en vertu du Statut de Rome, mais elle continue à mener les poursuites nécessaires afin de combattre l’impunité, ceci à chaque fois que les conditions pour le principe de complémentarité ne seraient pas réunies. »

Après avoir transféré Laurent Gbagbo Search Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, Abidjan s’oppose au transfèrement d’autres présumés responsables, dont Simone Gbagbo Search Simone Gbagbo réclamée par la Cour Pénale Internationale.

Où ira ce bras de fer entre le pouvoir Ouattara et cette justice internationale ?

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment