01192020Headline:

Côte d’Ivoire/ Police nationale : les retraités en colère. Les raisons

C’est à la salle des fêtes de l’Ecole nationale de police, à Cocody, que s’est tenue la dernière Assemblée générale ordinaire (AGO) du Fonds de prévoyance de la Police nationale (FPPN). À l’ordre du jour : l’examen du bilan de l’exercice social clos au 31 décembre 2018.

Créé en juillet 2000, le Fonds de prévoyance de la Police nationale (FPPN) a été mis en place pour apporter une assistance sociale à tous ses agents. Seulement, nombre de policiers à la retraite n’ont pu percevoir leurs droits. Selon l’Agence Ivoirienne de presse (AIP), le montant des indemnités s’élèverait à plus de 2 milliards FCFA.
En octobre dernier à Songon, le président de l’Association des retraités de la Police nationale, le capitaine Mathieu Goha, plaidait déjà en faveur de ses collègues pour obtenir un soutien juridique en vue de dénoncer le contrat établi par le FPPN et obtenir le paiement des épargnes de ses confrères à la retraite.

En réponse, une Assemblée générale du FPPN s’est déroulée le 28 novembre. La rencontre a réuni 174 délégués, 15 membres du Conseil d’administration et 3 membres de la Commission de surveillance et de contrôle.

À l’issue de la réflexion autour du rapport moral du Conseil d’administration et du commissaire aux comptes, deux résolutions principales ont été adoptées : La première conférant au Conseil d’administration la gestion de l’exercice clos au 31 décembre 2018. La seconde réclamant la réalisation d’un audit général du FPPN afin de déterminer les origines des difficultés de ce dernier.

Assurément que les points de blocage dans le paiement des droits des retraités de la police seront levés à l’issue de cet audit réclamé.

7info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment