09262018Headline:

Côte d’Ivoire, Politique: Guillaume Soro parle de Blé Goudé à leurs anciens camarades Féscistes

 

Guillaume Soro a reçu ses anciens camarades de la FESCI à son domicile

Recevant ses anciens camarades de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), le dimanche 18 mars 2018, à son domicile à Marcory Résidentiel, le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Kigbafori Soro, a fait une adresse à l’endroit de Charles Blé Goudé détenu à la Haye.

Guillaume Soro a troqué, le dimanche 18 mars 2018, ses habits de président de l’Assemblée nationale contre la tenue de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI). C’était à la faveur de la réception de ses anciens camarades de cette organisation estudiantine, à son domicile, à Marcory Résidentiel. « Ce n’est pas le président de l’Assemblée nationale qui est là, c’est le camarade. Même si BDB s’est maintenant ‘’bourgeoisé’’. Camarades, je veux commencer mes propos d’abord par des mots de remerciements. Honnêtement, Martial (Martial Ahipeau : ndlr), je vais te remercier. Je veux remercier les aniciens secrétaires généraux, avant moi, en commençant par Martial, Djué Eugène, qui m’a mis le pied à l’étrier, saluer Blé Guirao qui m’a accepté au bureau exécutif national. Je veux remercier les trois. Je vous salue parce que vous avez permis de grandes choses. Je reviendrai là-dessus parce que c’est important, le rôle qu’ils ont joué », a-t-il dit, avant de parler des autres camarades de la FESCI.

Guillaume Soro ne pouvait parler de tout ce monde sans évoquer un nom : Charles Blé Goudé, son ex-secrétaire à l’organisation, détenu en prison à la Haye. Il lui a également rendu un vibrant hommage. « Je veux saluer tous ceux qui ont permis que l’histoire se pérennise et traverse les décennies. Quelqu’un a dit qu’il y a 30 ans déjà que cette lutte a commencé. Après moi, secrétaire général, je veux saluer Blé Goudé, mon secrétaire à l’organisation qui est à la Haye. Personne ne peut être heureux de ce qui arrive à l’un d’entre nous. Parce que, on peut se retrouver nous aussi quelque part. C’est le destin. Moi, je me suis déjà retrouvé en prison avec Blé Goudé, ici à Abidjan. Donc personne ne doit se réjouir du malheur des uns et des autres. Je le salue, il est à la Haye, je le salue, je salue mon secrétaire à l’organisation », a-t-il répété.

Pour l’ex-secrétaire général de la FESCI, ses trois devanciers que sont Martial Ahipeau, Eugène Djué et Jean Blé Guirao ont marqué l’histoire de la Côte d’Ivoire. Il les a même qualifiés de héros de l’histoire de notre pays. « Les gens veulent falsifier l’histoire. Il faut restituer à l’histoire, la vérité historique. Et c’est important. Parce que quand nous nous engagions à l’époque, quel âge avions-nous ? 20 ans, 21 ans, 25 ans, 30 ans. Nous avons, semble-t-il, sacrifié la période la plus précieuse de notre vie pour la Côte d’Ivoire. Et il faut que ce soit reconnu. C’est pourquoi pour moi, ce sont mes ainés, ce sont des héros de l’histoire de notre pays. C’est pourquoi quand ils ont demandé à venir me voir, je les ai reçus avec beaucoup d’émotions. On a parlé longuement. Ce n’est pas pour faire la publicité de qui que ce soit. On ne peut pas comprendre l’histoire politique de notre pays sans parler de Martial Ahipeau, d’Eugène Djué, de Blé Guirao », a-t-il souligné devant ses anciens camarades de lutte.

Presque toutes les anciens secrétaires généraux et membres influents de la FESCI se sont retrouvés au domicile du président de l’Assemblée nationale, pardon, du camarade Guillaume Soro. A la table d’honneur, outre l’hôte du jour, il y avait Konaté Sidiki, Djué Eugène, Martial Ahipeau, Mian Augustin, Jean Yves Dibopieu et Jean Blé Guirao.

 

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment