12102018Headline:

Côte d’Ivoire, Politique: Un ex Footballeur international ivoirien candidat aux prochaines municipales

 

L’ex international ivoirien Bonaventure Kalou confirme qu’il sera aux prochaines municipales. Dans un entretien accordé à « Jeune Afrique », il revient sur les raisons de sa candidature déjà révélée par KOACI.

Pour l’ancien footballeur, c’est une occasion d’honneur la mémoire de son père décédé. A l’en croire, celui-ci était pressenti pour être la tête de liste du PDCI-RDA aux municipales à Vavoua (centre-ouest).

Il veut également la mairie de sa région à cause du constat qu’il a fait du délabrement de la localité lors des obsèques de son géniteur.

Kalou compte se présenter face au maire sortant, Théodule Diro Lahuet, cadre du Rassemblement des républicains (RDR.

« J’ai pris ma décision il y a un an, lors des obsèques de mon père. Je n’avais rien annoncé jusqu’à ces derniers jours. Moi, je suis né à Oumé, où mon père, enseignant, a fait toute sa carrière. Mais il était né à Vavoua, comme ma mère. Mon père, lors des dernières municipales, était sur la liste du candidat du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Et il était prévu qu’il soit tête de liste lors de celles de cette année. Ma candidature est pour moi une occasion d’honorer la mémoire de mon père, mais pas seulement : lors des obsèques, j’ai pu constater l’état de délabrement de la ville », a expliqué l’ainé de Salomon Kalou.

Le premier ivoirien a remporté une coupe de l’UEFA en 2002 avec Feyenoord de Rotterdam, s’est ensuite prononcé sur la situation socio-politique du pays.

D’abord sur l’emprisonnement de l’ex première Dame, Simone Gbagbo à 20 ans de prison pour « atteinte à la sécurité et à la sûreté de l’État. »

Kalou souhaite une grâce ou sa libération, pour selon lui, instaurer un climat plus apaisé.
« Je pense qu’il faut des actes forts pour renforcer le dialogue républicain. Les partis d’opposition attendent cela de la part du président Ouattara, afin d’instaurer un climat plus apaisé. Ils lui feraient davantage confiance. Alors, une grâce ou une libération der Simone Gbagbo pourrait aller dans ce sens. Nous sommes Africains, il y a des choses que nous devons régler sous l’arbre à palabres », a-t-il indiqué avant d’évoquer le cas de son époux, Laurent Gbagbo détenu à la Cour Pénale Internationale.

« Il aurait été plus logique que les Ivoiriens se retrouvent entre eux et que Laurent Gbagbo soit jugé en Côte d’Ivoire plutôt qu’à la CPI », a fait observer Bonaventure Kalou.

SOURCE: Koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment