08192017Headline:

Cote d’Ivoire: Pont à péage HKB:Bonjour l’embouteillege

Pont HKB

Hier, lundi 5 janvier 2015, les automobilistes ont pris d’assaut le pont HKB (Photo : H.K-N)

Si le gouvernement ivoirien avait quelques doutes concernant le remboursement du financement de la construction du 3ème pont d’Abidjan ou pont Henri Konan Bédié (HKB), il peut désormais dormir tranquille.

En effet, l’affluence sur le pont HKB est telle que les techniciens commis pour la gestion de cette infrastructure révolutionnaire pour le développement routier ivoirien, sont débordés depuis le vendredi 2 janvier 2015, date de la fin de la gratuité.

Le lundi 5 janvier, entre 8H15 et 8H30, nous avons constaté sur place une affluence des grands jours. En partance pour la zone sud d’Abidjan, le choix du pont HKB a permis d’observer l’engorgement du trajet par une centaine de véhicules alignés pour les box de péage en direction de Marcory. Un embouteillage qui a amené des agents commis pour l’entretien de l’infrastructure, à sortir le grand jeu de régulation routière afin d’empêcher les comportements indisciplinés des chauffeurs venant de Cocody, de la Riviera Golf ou de la Riviera 2.

Même si en arrivant sur le site de péage, l’automobiliste surpris visualise le rang le moins long, il ne peut éviter d’être au moins à la 10è place. Malheur à celui qui a calculé le temps de son trajet sans prévoir un embouteillage avant l’accès au pont HKB ! Fort heureusement, l’attente, elle, n’est pas longue. Trois à cinq minutes pour atteindre le box et 10 à 20 secondes pour payer afin d’avoir accès au pont HKB.

Ce lundi 5 janvier 2015, les agents des box, eux, faisaient peine à voir. En sueur et à l’épreuve, ils agissaient comme de véritables automates. Ils souriaient, tendaient leur main, prenaient l’argent, donnaient le ticket et appuyaient le bouton pour lever la barrière. Une pratique robotique qui impactera certainement leurs membres supérieurs. Une « souffrance » qui interpelle et appelle au développement des autres moyens de paiement, notamment le téléphone et le badge, afin de soutenir ces braves travailleurs. Dans tous les cas, l’ouverture de la barrière fait oublier cette intermède routière qui, sans aucun doute, est bonne pour la caisse de remboursement des financiers du pont HKB.

Pour rappel, il faut noter que ce sont les véhicules de la défense, de la police, des pompiers en intervention et les ambulances qui ne sont pas soumis au péage. Les tarifs sont fixés à 500 francs Cfa pour la catégorie 1, 1500 francs Cfa pour la catégorie 2, et 3000 francs Cfa pour la catégorie 3

L’infodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment