01162017Headline:

Côte d’Ivoire : Pourquoi Bédié abandonne l’Appel de Daoukro et a quitté un peu plus tôt le territoire pour la France

bedie et sa femme

Le président Bédié ne présidera pas la réunion du bureau politique de son parti prévue pour le jeudi 16 juillet. Si la raison évidente est sa présence sur les bords de la seine, en France, une autre source avance une mise en congé inattendue de l’auteur de l’Appel de Daoukro sur la scène politique. Officiellement absent de la Côte d’Ivoire au motif de la remise du prix Félix Houphouët Boigny pour la recherche de la paix (cérémonie qui ne s’est d’ailleurs pas encore tenue), Henri Konan Bédié a quitté un peu plus tôt le territoire ivoirien au lendemain du bureau politique du PDCI le 18 juin 2015. Ce départ éclair avait suscité un tollé au sein de l’opinion nationale en raison du rôle que s’était assigné l’ex-chef de l’Etat ivoirien (1993-1999) avec son engagement à soutenir la candidature unique d’Alassane Ouattara dans le cadre de la présidentielle d’octobre. Par ailleurs, en laissant le soin au chef du secrétariat exécutif, qui n’est rien d’autre que son « obligé » de présider la réunion du bureau politique de jeudi, Bédié est progressivement en train de faire ses « adieux » à sa famille politique et à la classe politique.

Car, il l’a lui-même dit, à moins de renier sa parole, la présidentielle de 2010 constituait son dernier combat. Or, la difficulté ici, c’est qu’il n’a plus les coudées franches si tant est que son allié Alassane Ouattara compte véritablement sur sa présence en Côte d’Ivoire pour rallier à sa cause, non seulement son parti le PDCI mais aussi et surtout le grand centre. Là encore, il a préféré laisser la tâche à un autre disciple d’Houphouët Boigny qui n’est rien d’autre que le ministre d’Etat Camille Alliali.

Dans l’un comme dans l’autre cas, le président Bédié ne veut plus monter en première linge. Il laisse donc le soin aux seconds couteaux de faire le boulot.une absence « prolongée » du territoire nationale à quelques 3 mois d’un scrutin présidentiel qui s’annonce sur fond de crise pourrait traduire la volonté du président Bédié de lâcher son allié Alassane Ouattara. Même l’appareil de son parti l’échappera. En effet, le bureau politique de jeudi dernier a été présidé par le chef du secrétariat exécutif, Maurice Kakou Guikahué. Tous ces faits corroborent l’idée d’une probable retraite de la scène politique. Est-ce à dire que celui qu’on appelle bien souvent sous le sobriquet de « N’Zuéba » réalise enfin que l’Appel de Daoukro est un échec ? Raison pour laquelle il prend ses distances vis-à-vis de la scène politique pour ne pas essuyer un autre revers. Déjà, les contestations suscitées par l’appel de Daoukro aussi bien au PDCI que dans la classe politique ivoirienne a fini par convaincre les plus sceptiques sur le danger qu’il représente?

JB Koffi (LE BELIER INTREPIDE)

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment