05282017Headline:

Côte d’Ivoire: Présidentielle 2015-Amis et adversaires se taclent entre eux

banny et essy

Présidentielle 2015
A quelques mois de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, l’actualité en Côte d’Ivoire est principalement dominée par la course à la succession d’Alassane Ouattara. Souvent raillé pour son silence, Essy Amara est une fois de plus, sorti de sa réserve, fait savoir Soir Info. « En meeting, hier, à Koun-Fao : Essy Amara fait une grande révélation : ”Houphouet a avoué qu’il avait peur de moi ! », livre à sa Une le quotidien. « Abdoulaye Diallo m’avait déjà dit qu’Houphouët lui avait confié qu’il avait peur de moi. Une fois, alors que je regardais un combat de boxe avec Houphouët lui-même, je lui ai posé la question. Et, il me l’a affirmé à trois reprises qu’il avait peur de moi parce qu’il ne me reprochait rien », a fait savoir l’ancien ministre des Affaires étrangères. Proche d’Essy Amara, Kouadio Konan Bertin est également candidat à cette élection prévue en octobre. Le député de Port-Bouet, relate L’Inter est revenu sur la question de l’inégibilité d’Alassane Ouattara. « A 3 mois de la présidentielle/ KKB : ”ce que je propose à Ouattara pour l’article 35” », peut-t-on lire en manchette du quotidien. « On n’a pas modifié la Constitution, et l’article 35 demeure en l’état. (…) Il se trouve qu’il y a un problème, anticipons pour dire tout comme en 2010, on a fait un arrangement politique. Dans la mesure où l’article 35 est le même et les problèmes demeurent, on est obligé d’aller à un arrangement politique et là chacun vient poser son problème », a proposé l’ancien président des jeunes du PDCI-RDA. Cependant, du côté de l’opposition, on demeure plus catégorique sur la question. « Présidentielle/ un juriste catégorique : ”Alassane Ouattara n’est pas éligible », titre en manchette Le Temps. Selon Jean-Camille Kablan dont la déclaration est publiée par le journal, « les mesures que prend le Chef de l’exécutif, à titre exceptionnel et ponctuel, en vertu de l’article 48 de la Constitution, ne peuvent faire jurisprudence, leur auteur n’étant pas juge. Elles ne créent tout au plus qu’un précédent politique ou historique mais non jurisprudentiel ».

Mabri sous les projecteurs
La coalition au pouvoir n’est pas en reste de cette frénésie électorale. Plusieurs cérémonies de soutien à la candidature d’Alassane Ouattara ont notamment été organisées ce week-end. Notamment, dans le Sud-Comoé. A cette occasion, indique Le Mandat, plusieurs cadres de la coalition au pouvoir sont revenus sur la récente sortie de Mabri Toikeusse. « RHDP/ Week-end de feu : tirs groupés sur Mabri », livre à sa Une le journal. Le quotidien livre notamment les réactions de plusieurs cadres dont Lénissongui Coulibaly, proche d’Henri Konan Bédié. « Si Mabri pense qu’il est garçon, qu’il se batte », a fait savoir ce dernier. Le mise en cause lui a accepté de revenir sur cette situation dans les colonnes de Fraternité Matin. « Mabri Toikeusse répond à ses détracteurs : ”moi contre le RHDP ? », titre le quotidien. « Je voudrais vous rassurer qu’il n’y a pas de problèmes entre le président Bédié et moi », a indiqué le président de l’UDPCI.
Linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment