10182017Headline:

Côte-d’Ivoire-Présidentielle 2015:Voici Comment la CNC veut coincer Ouattara

CNC

A deux mois de l’élection présidentielle, la Coalition nationale pour le changement (Cnc) n’a pas encore dit son dernier mot. Elle n’a visiblement pas renoncé à l’idée d’arracher au pouvoir les conditions équitables pour la tenue de ce scrutin.

Ces opposants à Alassane Ouattara ont, en effet, sorti de leur chapeau ? la formule pour coincer le président-candidat du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). A en croire les confidences rapportées par le site d’informations, connectionivoirienne.net, la Cnc envisage d’explorer la voie judiciaire pour faire plier leur vis-à-vis. Charles Konan Banny et les autres leaders de la Cnc ont décidé de porter le contentieux qui les oppose au pouvoir, devant la Cour de justice de la Cedeao (Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest). Et c’est à Martial Ahipeaud qu’a été confiée cette mission de la dernière chance.

L’ancien leader syndical devra mener la bataille juridique en ouvrant deux fronts. L’un va porter sur l’éligibilité du candidat Alassane Ouattara, au regard des dispositions constitutionnelles relatives à l’élection présidentielle. La Cnc, on le sait, pose comme une exigence, le respect de la loi fondamentale, notamment en son article 35, relatif aux conditions d’éligibilité à la présidence de la République. Ce point est, en effet, inscrit au nombre des dix revendications majeures de cette coalition, contenues dans sa charte. Faute d’avoir eu gain de cause sur cette question, en dépit de ses multiples interpellations, la coalition dirigée par Banny veut saisir la Cour de justice de la Cedeao.

Les opposants à Ouattara ont été sans doute inspirés par une initiative similaire, qui a été récemment engagée par les partisans de l’ancien régime Blaise Compaoré. Menacés d’exclusion du jeu électoral au sortir de l’insurrection ayant conduit à la chute de Compaoré, ils ont saisi la Cour de justice de la Cedeao, qui a tranché en leur faveur. C’est sûrement fort de ce récent précédent que les leaders de la Cnc veulent, eux aussi, recourir à l’arbitrage de cette même Cour.

L’autre front que comptent ouvrir Banny et son camp devant la Cour de justice de la Cedeao, concerne les conditions d’organisation proprement dites de la présidentielle à venir. La Cnc entend solliciter de cette Cour, qu’elle statue précisément sur la retouche du code électoral, opérée par le pouvoir mais aussi sur la composition de la Commission électorale indépendante (Cei), et partant, sur la présence de Youssouf Bakayoko à sa tête. On attend de voir ce que va donner cette bataille juridique qu’envisage sérieusement l’opposition.

Assane NIADA

 linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment