05282020Headline:

Côte d’Ivoire/Présidentielle 2020: « Ceux qui veulent être battus n’ont qu’à être candidats, Bédié va les battre », Guikahué

Maurice Kakou Guikahué était vendredi 15 mai 2020, à Grand-Bassam où il s’est prononcé sur la convention du PDCI et la candidature de Bédié.

« Je voudrais vous dire merci, les chefs traditionnels, les chefs de communautés, le comité des sages, les membres du Bureau politique, les secrétaires de section, les présidents de comités de base, l’Ufpdci, la Jpdci, les militants. Je voudrais saluer le délégué Ezaley. Vous avez dit tout à l’heure que vous tenez à Bédié, mais Bédié tient à vous. Bassam est l’exception qui confirme la règle. Quand on est vice-président du Pdci, on ne peut pas être secrétaire exécutif. Mais à Bassam, Ezaley est vice-président, il est secrétaire exécutif et puis, il est délégué. Tous ces postes peuvent être distribués à différents cadres d’ici, mais c’est une symbolique pour montrer aux autres que vous avez pris Ezaley comme votre propre étendard, comme votre symbole (…).

Henri Konan Bédié ne peut pas oublier Bassam (…). Donc Bassam est dans le cœur du Pdci-Rda. Vous êtes Pdci et nous savons qu’en octobre, il n’y a aucun problème. Vous avez déjà gagné. Mais comme vient de le dire votre porte-parole, il faut s’organiser pour ajouter les jeunes majeurs pour être encore plus forts. Mais pendant que vous faites ça, n’oubliez pas de garder les anciens. Donc, ceux qui étaient déjà inscrits sur les listes, tournez, sensibilisez. Allez chercher de nouveaux militants parce que nous savons que nous allons gagner.

La convention va s’organiser, chacun va être candidat. Ce n’est pas la première fois que Bédié se retrouve face à lui des candidats. Fologo son secrétaire général était face à lui, il l’a battu. Djédjé Mady était contre lui, il l’a battu. Qui va être contre lui et il ne va pas le battre ? Ceux qui veulent être battus n’ont qu’à être candidats, Bédié va les battre. Ne soyez pas intoxiqués. Ce que je veux dire, la Cei nous a donné une place. Nous, on dit : on ne siège pas parce qu’on ne reconnait pas cette Cei. C’est tout. On a porté plainte. Bientôt, les juges africains vont nous juger et quand ils vont donner leur verdict, on va voir qu’est ce qu’on fait. Pour l’instant, on ne rentre pas dedans. Merci, vous qui m’appelez « général ». (Ndlr : « général courage »). Je vais l’accepter à une condition. Donnez la victoire à Bédié en octobre et je serai « général ».»

Lire sur Yeclo

Comments

comments

What Next?

Recent Articles