12092019Headline:

Côte d’Ivoire / Présidentielle de 2020: Robert Dio étale déjà son programme politique

Journaliste, professionnel de la communication et homme de culture, Robert Dio est depuis plus d’un an à la tête de l’Alliance pour une nouvelle Côte d’Ivoire (AN-CI). Avec ce parti qu’il a créé et dont le quartier général est basé pour l’instant à Dabou, à une cinquantaine de kilomètres d’Abidjan, il entend apporter les solutions appropriées aux problèmes qui minent la Côte d’Ivoire.

Dans une déclaration à la presse le samedi 3 août 2019 au siège de son parti, au terme d’un conclave avec son ‘’état-major’’, Robert Dio souligne que « la Côte d’Ivoire est descendue aujourd’hui dans les bas-fonds au niveau social ». Pour lui, la misère latente qui commence dans les années 80, après l’échec des Programmes d’ajustement structurel (Pas) de 1980 à1990, a atteint aujourd’hui son paroxysme. Le vrai problème des Ivoiriens, à en croire le président de l’AN-CI, c’est la pauvreté. « Je voudrais que l’on sache que ce qui caractérise notre détermination dans notre engagement politique, c’est la lutte contre la pauvreté dans notre pays. Tous les autres problèmes découlent de là », a-t-il expliqué son engagement en politique.

C’est donc la misère et la pauvreté qu’il entend combattre, avec son parti, lui qui a déjà annoncé son intention de briguer la magistrature suprême de la Côte d’Ivoire en 2020. « Comment pouvons-nous proclamer à longueur de journée réconcilier la Côte d’Ivoire, si nous ne trouvons pas de solution pour combattre cette misère, cette pauvreté qui mine toute notre nation ? Notre parti fera donc de la lutte contre la pauvreté sa préoccupation centrale. La misère de notre peuple, c’est le mal que nous voulons soigner », a dit Robert Dio. L’ancien diplômé de l’école supérieur de journalisme de Paris qui a déjà conseillé plusieurs hommes africains estime avoir les solutions pour créer suffisamment d’emplois et résorber définitivement l’épineuse question des conflits fonciers.

Face aux tensions sociopolitiques récurrentes cristallisées autour de leaders qui ont déjà fait leurs preuves, Robert Dio pense que la situation actuelle de la Côte d’Ivoire nécessite l’apparition ‘’d’hommes politiques neufs’’. Des hommes qui, comme lui, ne sont ni de loin ni près mêlés aux différents conflits que le pays a connus.

Son parti, l’AN-CI qui prône la sociale – démocratie et la bonne gouvernance, se veut un creuset de rassemblement des Ivoiriens épris de tolérance, de pardon, de paix, de justice et de dialogue.

Lire sur linfodrome

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment