10192017Headline:

Côte-d’Ivoire présidentielles 2015 Banny et Gbagbo se parlent toujours

Konan Banny

Côte-d’Ivoire présidentielles 2015 « La communication n’a jamais été rompue entre Banny et Gbagbo » (Porte-parole)

Entretien

Présidentielles 2015, Cdvr, arrestation de ses proches, rapport avec Gbagbo
Sran Kouassi Franck, Porte-parole de Banny, fait le déballage
«La communication n’a jamais été rompue entre Banny et Gbagbo»
A propos d’Aloko et d’Hoka : « Rien de ce qui leur est reproché ne tient la route… »

Le candidat déclaré à la présidentielle de 2015, Charles Konan Banny, n’aurait certainement pas trouvé meilleur défenseur et meilleur vendeur de son projet que Sran Kouassi Franck, son directeur de la communication et porte-parole. Dans cet entretien exclusif qu’il nous a accordé, il règle les comptes à tous les détracteurs de son patron et le présente comme la meilleure chance pour la Côte d’Ivoire.

Aloco Arthur et Hoka Sylvain ont été conduits, mardi 23 décembre 2014, à la Maca après avoir été entendus par la police économique. On aurait retrouvé sur le compte d’Aloco Arthur en Europe, 500 millions de F Cfa et sur celui de Hoka Sylvain, 5 milliards de F Cfa. Que répondez-vous à ces accusations ?
Je réponds, sans hésiter, que tout ça est montage, mensonge et calomnie ! Tous ces bruitages ne visent qu’une chose, opprimer un adversaire politique qu’on craint, un adversaire redoutable et redouté, c’est-à-dire Charles Konan Banny. MM. Sylvain Hoka et Arthur Aloco sont des gens honnêtes et crédibles. Rien de ce qui leur est reproché ne tient la route devant la rigueur des lois. Voyez-vous, le plus important dans cette curieuse affaire, ce n’est pas tant ce qu’on trouve réellement, c’est ce qu’on en fait, ce qu’on veut que la population retienne ! Et il me semble, de ce point de vue, que ce qui se passe est en dehors du droit ! Donc, ce sont de graves dérives, de flagrantes violations des droits de l’homme. En français facile, on appelle ça une cabale, un vrai faux complot ! Dans le fonds de cette lamentable cabale politico-mediatico-judiciaire, comme dans sa forme, c’est la vacuité ! Rien de sérieux qui soit considéré comme tel ! Le dossier est vide !

Dans le même temps, on raconte que la Cdvr a englouti 16 milliards, certains parlent de détournements ?
Qui parle de détournement de 16 milliards ? Qui donc ? Moi, je n’ai pas entendu et vu cela. En tout cas, le chef de l’Etat qui a reçu toute la défunte Cdvr, a félicité l’équipe conduite par le président Banny devant le monde entier en indiquant, selon ses notes, le coût global de la mission. Est-ce qu’il a dit que l’argent avait été volé ? Je ne crois pas ! Alors, faisons attention !

Oui mais, il n’empêche, certains de vos détracteurs soutiennent que les 16 milliards ont été mal utilisés.
Vous dites « vos détracteurs », je ne sais pas ce que cela veut dire. Moi, je vous parle de faits avérés ! Je cite le chef de l’Etat. La mission que nous avons conduite, sous la houlette du président Banny, est trop importante pour tenter de la noyer dans des opinions malveillantes et téléguidées de soi-disant détracteurs ! Je ne réponds pas aux détracteurs, je veux juste restituer la vérité aux Ivoiriens ! Par ailleurs, je voudrais vous faire observer que la Cdvr a réalisé un travail herculéen. Elle a accompli son ouvrage dans des conditions hostiles et hypocrites ! Le président Charles Konan Banny, qui est un homme de devoir, s’est sacrifié pour la Côte d’Ivoire en conduisant encore cette mission historique de réconciliation. Les Ivoiriens, qui le savent, lui seront reconnaissants. Il a parfaitement rempli son devoir, conformément à la lettre et à l’esprit de l’ordonnance n° 2011-167 du 13 juillet 2011. C’est du travail monumental, inédit qui a mobilisé sur l’ensemble du territoire, au quotidien pendant trois ans, près de mille agents. Cette mission a nécessité de la logistique, des immobilisations, des salaires, le financement des opérations, des voyages auprès des Ivoiriens de la diaspora, des tournées de sensibilisation et de compassion auprès des victimes etc…Les résultats concrets et probants sont à la disposition du chef de l’Etat. Pour notre pays ! La mission difficile de la Cdvr a été un succès ! Et l’argent des Ivoiriens qui était logé dans un compte domicilié au sein de la Direction générale du trésor de Côte d’Ivoire a été bien géré, utilisé avec rigueur ! Tout le reste, ce sont des considérations politiciennes de bas niveau !

Quel Banny après l’arrestation par le pouvoir, de ses proches collaborateurs ?
(Rire). Si vous prenez les arrestations arbitraires et honteuses de MM. Hoka et Aloco comme une épreuve dissuasive ou qualificative pour Charles Konan Banny, vous faites erreur ! Au contraire, cette épreuve a fortifié le candidat dans son engagement pour une Côte d’Ivoire pacifiée, réconciliée et juste !

Des sources proches du régime évoquent l’éventualité d’une enquête de la police judicaire, sur la gestion financière de la Commission dialogue vérité et réconciliation. Qu’en pensez-vous ?
Je ne suis pas dans les confidences politico-médiatico-judiciaires pour confirmer ou non vos informations. Ce qu’en revanche, je puis faire observer, sans préjuger de la légitimité de loi, c’est que des militants Pdci-Rda connus comme tels sont poursuivis par devant les tribunaux et mis aux arrêts à la veille des fêtes de fin d’année dernière. Aux motifs insolites qu’ils se sont rendus coupables de blanchissement d’argent, d’enrichissement illicite et de détournement de deniers publics… Ces faits se déroulent au cours de la semaine où leur mentor, un autre grand militant Pdci-Rda, a déposé par courrier, au sein de son parti et rendu publique, son intention de briguer la magistrature suprême de la Côte d’Ivoire ! A partir de cet instant, on est fondé à questionner la procédure et ses motivations profondes ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi a-t-on engagé une telle action maintenant et seulement contre des proches d’un candidat déclaré ? J’ajoute que si, pour un ancien fonctionnaire de la Bceao et du ministère de l’économie et des finances (M. Hoka), la justice parle d’enrichissement illicite, quand est-il de ces individus qui, à peine sortis de l’université et n’ayant jamais travaillé, ni au privé, ni à la Fonction publique, cumulent aujourd’hui des fortunes à plusieurs centaines de milliards? Ensuite, qu’en est-il de ces simples soldats de notre armée, aujourd’hui riches, arrogants et impudiques ? Enfin, que penser de toutes ces personnes dont la police économique et la justice de Côte d’Ivoire savent qu’elles se sont indûment enrichies au cours de ces dix dernières années dans les filières café-cacao, pétrole, mines, foncier, télécommunications, etc. ? En décidant de ne demander des comptes qu’aux partisans d’un candidat déclaré a l’élection présidentielle de 2015, notre justice a pris le risque de donner raison à ceux qui pensent que notre appareil judiciaire est sélectif et fonctionne à deux vitesses. Ce n’est pas un bon message pour notre démocratie. Ces manœuvres signifient que la Côte d’Ivoire, notre pays, patauge encore dans une zone de non-droit ! Au point que tous les abus, tous les arbitraires sont possibles…Tous les audits accablants, les détournements de fonds même les plus farfelus peuvent être trouvés et imputés à celui dont le visage ne vous revient pas, que dis -je, celui dont la candidature ne vous plait pas ! Tout peut être dit pour justifier la forfaiture et l’arbitraire. C’est inacceptable !

Pour sa candidature, que compte faire le président Banny ?
Pour le moment, M. Banny est candidat à la présidentielle 2015. Il souhaite que tout le Pdci-Rda, son parti politique qui a perdu le pouvoir par coup d’Etat en 1999, le soutienne dans cette grande et historique ambition. Conformément aux stipulations des résolutions autoritaires du 12 ème congrès ordinaire…Mais ne nous y méprenons pas, M. Banny est candidat pour tous les Ivoiriens et non pas exclusivement pour le Pdci. En conséquence, le candidat Charles Konan Banny ira jusqu’au bout pour son pays, la Côte d’Ivoire. Il ira jusqu’au bout parce que notre pays mérite mieux et parce
que nous avons le devoir de faire mieux…Voilà pour l’essentiel et le vrai.

On parle d’une probable coalition entre Banny, KKB et Essy Amara. Est-ce vrai ?
Et pourquoi pas ? Les personnalités que vous citez ont en commun d’être du Pdci-Rda, parti fondé par Houphouet-Boigny et dédié au dialogue et à la paix. Le moment venu, vous le saurez, ils étonneront positivement les Ivoiriens. M. Banny est à l’ouvrage depuis longtemps pour que triomphent les intérêts supérieurs de la Côte d’Ivoire et du Pdci-Rda. Je ne vous en dis pas plus.

Maurice Guikahué réfuse que le président Banny se présente sous la bannière du Pdci. Que répondez-vous à cette déclaration ?
(Rire) Avez-vous idée du nombre, de plus en plus important, de militants Pdci-Rda et même en dehors, bref des millions d’Ivoiriens favorables à la candidature de M.
Banny ? L’opinion de M.Guikahué qui contrevient aux résolutions du 12 eme congrès du Pdci-Rda est dérisoire. C’est une opinion d’irréductible, c’est son choix. Au Pdci comme en dehors, il ne dispose que de sa seule voix. Il a son opinion que je respecte, mais son opinion n’engage que sa seule personne. Et le Pdci-Rda ce n’est pas Maurice Kakou Guikahué.

On parle, de plus en plus, d’un projet de rencontre entre Bannyet Gbagbo. Qu’en est-il exactement ?
Il y a des canaux ouverts depuis le temps de la Cdvr, entre le président Laurent Gbagbo et son frère Charles Konan Banny. En vérité, la communication entre les deux personnalités n’a jamais été rompue, au contraire ! Vous verrez bientôt ! Donc, la visite que vous évoquez est importante, mais ce n’est pas le plus essentiel. Tout ce qui est indispensable n’est pas forcément visible et spectaculaire !

Réalisée par Hamadou ZIAO
Source: L’Inter

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment