03252017Headline:

Côte d’Ivoire–présidentielles 2015 Voici le cri d’Anaky aux candidats encore en liste contre Ouattara

anaky

A Mesdames, nos chères sœurs :
Adjoua Henriette Lagou
Marie Claire Kangoua
A Messieurs, nos chers frères :
Charles Konan Banny
Kouadio Konan Bertin
Konan Kouadio Siméon
Gnangbo Kacou

A l’approche des élections présidentielles 2015, c’est avec émotion et même émerveillement que les Ivoiriennes et les Ivoiriens ont vu, de manière quasi spontanée, se constituer entre vous une union, une sainte alliance. Car, à la lecture et à l’écoute de toutes vos déclarations à travers vos discours, il se dessine nettement votre prise de conscience. En ceci que vous vous étiez appropriés ce qui, pour les Ivoiriens en 2015, est l’unique sujet qui intéresse et concerne la Côte d’Ivoire. Sans faux fuyant, la Côte d’Ivoire ne se reconnait pas ou plus, en la personne qui siège présentement au palais présidentiel.

L’inexplicable vénération que cet homme a suscité chez certains nationaux Ivoiriens et chez un certain peuple ouest-Africain vivant en Côte d’Ivoire, s’est désintégrée. Et ce, à une fréquence inexorable depuis cinq ans. Au final, le seul point sur lequel tous, en ce pays, sont unanimes, désormais, est que cet homme n’est pas de ce pays. Il ne connait pas sa culture ni ses populations, et n’arrivera jamais à y faire sa mue.

Oui, qui est donc cet homme venu de nulle part ? Et qui, en quelques années, outre d’avoir conduit au désespoir les Ivoiriens par des prétendues prouesses économiques vécues en termes de pauvreté galopante et de travaux d’infrastructure “bling bling“, qui présentent des lézardes bien avant six mois, pour ne pas parler de mirifiques montagnes de milliards, toujours engagées pour chaque région, mais sans grande visibilité sur le terrain?

Oui, le même homme qui, dans le même temps, est voué aux gémonies au Burkina Faso, au Mali et ailleurs en Afrique, en raison de sa personnalité à anfractuosités.
Oui, chères et chers candidats, il faut que vous sachiez que votre alliance a donné du baume au cœur à tous les Ivoiriens. Le courage des cadres PDCI, Essy Amara, Charles Konan Banny, Kouadio Konan Bertin et Kablan Brou Jérôme qui ont osé s’opposer à l’appel de Daoukro fut un témoignage de respect et d’amour pour la mémoire du père fondateur FHB. Et, au surplus, cet acte fut salutaire pour le PDCI-RDA et ses militants. La formation de la Coalition Nationale pour le Changement (CNC), le 15 mai 2015 et la concertation entre candidats, le dimanche 4 octobre 2015, à l’hôtel Belle Côte, marqua votre résolu refus d’aller à des élections tant que les conditions qui les préparent resteraient en l’état.

En point de mire, vous exigiez au régime et à son président, un dialogue franc aux fins de la mise à plat du processus pour donner une chance à des élections apaisées, ouvertes, transparentes et démocratiques

Le peuple de Côte d’Ivoire attendait, de vous tous que, dans les jours suivants le meeting du 7 octobre 2015 à Yopougon-Ficgayo, devant la morgue et le mépris de l’équipe au pouvoir, vous preniez tous l’unique décision qui s’imposait.

Essy Amara et Mamadou Koulibaly ont entendu et compris la Côte d’Ivoire. Ils ont fait ce qu’elle attend de vous tous.

La Côte d’Ivoire vous attend tous, chères sœurs et chers frères candidats, et la Côte d’Ivoire vous fait confiance ! La Côte d’Ivoire comprend et apprécie que vous mettiez à profit la première période de campagne pour vous présenter à elle, et surtout lui dire pourquoi vous avez jugé utile de vous engager pour la sauver. Vous donnerez tous de la voix pour dénoncer la détresse de ses populations et l’imperméabilité l’empathie de cet homme venu d’ailleurs qui ignore de façon pathologique les valeurs du pardon, de la réconciliation et de l’unité.

Et qui n’a pas su, à Gagnoa, avoir pour le peuple Bété, la petite phrase que tous attendaient.

Maintenant, pour la seconde semaine de campagne, à partir du lundi 19 octobre donc, chacun de vous devra, en toute conscience et intelligence, prendre la décision que le peuple de Côte d’Ivoire attend de lui. Cette décision sera d’autant plus facile à prendre que les résultats de cette élection sont déjà connus des cercles initiés et autorisés.
Le grand champion va s’octroyer entre 64 et 72%, même si les évaluations les plus optimales ne lui donnent pas plus de 25 à 30%. Mais que voulez vous, il doit absolument éviter un deuxième tour qui sonnerait le glas pour lui et ses partisans!

Vous récolterez tous des taux très bas qui, il faut le dire, aideront à l’émergence du ridicule de toute cette farce électorale!

Aussi, dès la semaine prochaine, la grande tâche pour vous tous, sera de faire comprendre à vos régions, électeurs et partisans, que la seule victoire, pour vous tous comme pour la Côte d’Ivoire, sera de boycotter cette élection, en termes simples de ne pas aller voter !

Un taux d’abstention historique, de 60 à 70%, enlèvera toute signification à cette élection, et l’élu n’aura aucune légitimité pour prétendre représenter les Ivoiriens et les diriger !

C’est alors qu’il comprendra qu’en Côte d’Ivoire, il y a un peuple, un vrai peuple.

Le président du MFA
Kobena Innocent ANAKY
PS : Au candidat Affi N’guessan
Je ne t’ai pas cité dans cette adresse, mais je sais que toi et moi, nous nous comprenons. Rejoins les autres, rejoins la Côte d’Ivoire, refuse ces 10 à 12% qu’on te prépare, et, par dérision, laisse le grand favori approcher les 100% !

connection

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment