01182017Headline:

Côte d’Ivoire- procès en Assises /Mme Simone Gbagbo sera-t-elle blanchie ?

simone.1

Le procès en Assises de l’ex-Première dame fait face, à en croire la presse ivoirienne, à une absence de témoins crédibles. Revue.

« Récit honteux » (Le Quotidien d’Abidjan), « n’importe quoi… » (Cf. Notre Voie),« idées toutes faites »… La presse d’opposition est formelle. « Aucun témoin n’a, pour l’heure, rapporté la preuve de la culpabilité de Simone Gbagbo » depuis l’ouverture de son procès en Assises, note LG infos. Les témoins ont tendance à se mélanger à la barre, commente soir info.

Pour Aujourd’hui, « leurs propres déclarations » les confondent. En témoigne ce témoin qui accuse « les membres du RHDP (Coalition au pouvoir, ndlr) de lui avoir délivré un faux certificat de décès à la mairie d’Abobo qui n’est pas un centre de santé », commente Le Quotidien d’Abidjan. Ces certificats concernant les femmes décédées lors de la marche d’Abobo, étaient, à en croire le Compte-rendu de LG infos,« prêts avant » ladite marche du 03 mars 2011.

 

Un témoin « imperturbable »

L’audience du mardi 26 juillet 2016 a été marquée par un « clash », rapporte la presse. En cause, la présence à la barre d’un témoin, venu témoigner en l’absence de son frère « blessé », explique L’inter. Ce à quoi s’oppose la défense surtout qu’il« témoigne en tant que partie civile » contrairement à la procédure, soutient-elle.

Cette requête de la défense a provoqué une suspension de l’audience, la Cour s’étant retirée pour statuer en faveur de la poursuite dudit témoignage. Une décision non satisfaisante pour la défense qui s’est vue, au passage, menacée d’outrage à la Cour, par le juge, insiste Le Nouveau Courrier. D’où la colère de Me Bléidé face à la presse :« Si on n’a pas envie de juger Mme Gbagbo, on ne la juge pas. On la met en prison et c’est terminé ».

Ce témoin, aux dires de Nord-Sud Quotidien, a fait « des révélations », notamment sur le nombre de morts causés par le bombardement du marché « Siaka Koné » d’Abobo.« Il y avait 14 corps en tout », a-t-il affirmé. « Impertubable », il aurait confondu les avocats de Simone Gbagbo, raconte Le Jour Plus. Pas si sûr, d’autant que son témoignage, selon Me Rodrigue Dadjé contredit certains de ses prédécesseurs sur la présence de militaires de l’Onuci (Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire). Il est toutefois « resté droit dans ses bottes », souligne L’inter, contrairement à ses prédécesseurs qui faisaient « rire » la salle.

ivoirejustice

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment