03292017Headline:

Côte d’Ivoire: Procès Guéi , des avocats de la Défense se retirent de la salle en pleine audience

 proces
Procès Guéi et autres, des avocats de la Défense se retirent de la salle en guise de protestation contre la diffusion d’un film
Leprocès  des présumés assassins du Général Guéi, de son épouse, de sa garde rapprochée, de son aide de camp tire allègrement vers sa fin.

L’instruction a pris ce lundi avec l’audition des derniers témoins et demain l’audience se poursuivra avec les plaidoiries et autres réquisitions.

Comme indiqué ce sont au total quatre témoins qui sont passés à la barre, dont un était à charge et les autres à titre de simple renseignement.

C’est d’ailleurs le témoin à charge, le Sergent Blé Gossé Maniga qui a été le premier à être auditionné.

Ce dernier a affirmé avoir eu la vie sauve le 19 septembre, le jour où Fabien Coulibaly, madame Guéi et autres ont été assassinés parce qu’il s’était caché dans un endroit de la résidence du général président lorsque le Lieutenant Colonel Dogbo Blé accompagné du lieutenant Sidibé et de certains autres militaires ont fait irruption à la résidence de son patron.

«Le Général Dogbo Blé était à bord d’un véhicule blanc de type 4×4 et il a demandé aux occupants de la résidence de Guéi de sortir, » a déclaré le Sergent Blé Gossé, alors que Dogbo Blé a toujours démenti qu’il n’a jamais mis les pieds à la résidence des Guéi.

Le Sergent a poursuivi dans ses déclarations que dans son lieu de cachette, il n’a pas vu le capitaine Séka Yapo Anselme chez le Général, mais toute fois, il a entendu le Sergent Daleba Seri dire qu’il venait de tuer le Guéi et que c’était le tour de ceux qui se trouvaient dans sa résidence.

«Daleba Seri a déclaré qu’ils ont tué le Général qu’ils allaient tous nous tuer. Le capitaine Séka n’était pas avec eux. J’étais caché j’ai vu tous ceux qui sont rentrés dans la cour. De ma cachette je l’ai voyais, » a expliqué ce témoin.

Le Sergent Blé Gossé va parfois se contredire dans ses propos en affirmant que Dogbo Blé n’est pas entré dans la cour, alors que tantôt, il précisait qu’il avait seulement vu ceux qui avait franchi le portail de la résidence.

Les autres témoins, les Sergents Diomandé Souleymane, Kouamé Elvis Olivier et Aka Ahoussi Moïse ont tenté d’enfoncer les prévenus Koffi, Niamkey et Durand.

Selon eux quelques jours après l’assassinat du Général Guéi, les trois prévenus se sont rendus au 1er BCP pour enlever le capitaine Droh Ange Mickaël Guéi, l’un des fils du Général également en service dans ce camp.

Ils se seraient opposés à l’enlèvement de leur camarade en fermant toutes les sorties du camp, une fois les ravisseurs à l’intérieur.

C’est sur instruction du commandant en second des forces terrestres que les trois militaires ont quitté le camp après les avoir rassuré le fils Guéi n’avait pas été emporté.

A la question de la défense quel était l’officier de permanence le jour des faits et quelle a été la réaction du chef du corps, les témoins sont restés sans réponses.

Ils ont seulement affirmé que le chef de corps n’a rien dit et a plutôt négocié avec eux afin que la tension baisse.

Des avocats de la Défense se retirent de la salle en guise de protestation contre la diffusion d’un film

En principe, les plaidoiries débuteront demain matin comme indiqué par le président du Tribunal militaire à la fin de l’audience de ce jour.

En attendant l’entame de cette étape tous les prévenus ont été appelés à la barre par le juge Dembélé Tahirou pour dire leur dernier mot quant aux déclarations des témoins qui ont intervenu jusqu’à ce jour.

Tous ont réaffirmé qu’ils avaient dit la vérité en ce qui concerne l’assassinat du Général Guéi Robert, de son épouse, de son aide de camp et de sa garde rapprochée et souhaitent que justice soit rendue.

Avant l’intervention des prévenus, le Commissaire du Gouvernement, Ange Bernard a souhaité la diffusion d’un élément filmé en vue de confondre Séka Yapo Anselme qui a toujours juré Dieu qu’il ne s’est jamais rendu à la corniche où a été retrouvé le corps du Général Guéi.

La proposition du Commissaire du Gouvernement a été prise en compte par le Tribunal malgré l’opposition des avocats de la Défense.

Ce film qui constituait selon Ange Kessi, une preuve de manifestation de la vérité dans l’assassinat du général a été malheureusement diffusé en l’absence du conseil du Capitaine qui s’est retiré de la salle d’audience.

Pour revenir sur ce film, il faut indiqué que les images présentées n’étaient selon nous du tout nette.

Ce pendant dans son commentaire Ange Kessi a soutenu avoir reconnu le capitaine Séka Yapo habillé ce jour là d’un haut militaire et d’un bas pantalon kaki comme l’on indiqué certains témoins à la barre.

Ce dernier a même affirmé que l’aide de camp de l’ex-première dame présent sur les lieux de l’enlèvement de la dépouille du Général avait vêtis un gilet par balles.

«C’est Séka, regardez monsieur le président, il était jeune à cette époque, »a déclaré le Commissaire du Gouvernement pour essayer de convaincre le Tribunal.

Ange Kessi a enfin affirmé que le véhicule de type 406 de couleur bleue qu’on voit dans le film appartient au Lieutenant Colonel, Dogbo Blé et était également sur les lieux.

Wassimagnon, Abidjan

koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment