12142017Headline:

Côte d’Ivoire-RDR: Les propos d’Amadou Soumahoro enflamme les réseaux sociaux

Amadou soumahoro

Affaire«Si on perd le pouvoir nous nous retrouverons en exil avec nos familles» 

Peut-on croire que le Président Alassane Ouattara et son parti le Rdr sont vraiment disposés à réconcilier les Ivoiriens, que cela est une volonté chère au pouvoir actuel. La réponse est sûrement non, à considérer les propos du secrétaire général du Rdr, jeudi 7 juillet 2016.

«Si le Fpi revient au pouvoir, nous irons tous en exil». Si l’on s’en tient au dicton «tel tu penses tel tu es» ou encore «ta façon de penser détermine tes actions», il est désormais aisé de dire que le pouvoir ivoirien n’a jamais pensé vraiment réconcilier le Ivoiriens. Au contraire, il travaille à maintenir la situation telle qu’elle est ou à accentuer la division des Ivoiriens. Il prépare une autre crise, car il n’y a que les crises qui peuvent conduire en exil, comme la Côte d’Ivoire l’a connue. Et les arrestations et procès présentés comme légitimes pour punir des «criminels», ainsi que certaines décisions prises de façon unilatérale, telle que la modification de la Constitution, sans tenir en compte de l’opinion des autres Ivoiriens, sont là pour confirmer cette indisposition du pouvoir Ouattara de réconcilier les Ivoiriens.

Voilà six ans que Ouattara est au pouvoir et prêche la réconciliation. «Je suis le président de tous les Ivoiriens», «je veux que les Ivoiriens se réconcilient», «je demande à tous nos compatriotes en exil de rentrer», mais paradoxalement, le chef de l’Etat, président du Rdr et son parti bottent en touche toutes les propositions de la société civile, des religieux, des rois et chefs coutumiers, des partis politiques. Estimant certainement qu’ils ne sont pas assez intelligents pour comprendre ce qui est bon pour la réconciliation des Ivoiriens. Par exemple, pour ne pas donner de la valeur au travail de la Commission dialogue, vérité, réconciliation (Cdvr), par peur de mettre en œuvre ses recommandations, Charles Konan Banny a été présenté comme un adversaire politique.

Bien naturellement, les recommandations de la Cdvr telle que la diffusion des audiences publiques sur la Rti, sont mises aux oubliettes. Qui l’évoque encore aujourd’hui. On peut dire donc que tout est fait à dessein parce que le pouvoir Ouattara n’a jamais été disposé à réconcilier la Côte d’Ivoire, de peur de perdre le pouvoir. La sortie d’Amadou Soumahoro, lors de sa conférence du jeudi 7 juillet 2016, a révélé au grand jour ce qui est leur véritable pensée. Venant du secrétaire général par intérim du Rdr et président du directoire du Rhdp, tête pensante du parti de Ouattara et de la coalition au pouvoir, ces propos valent son pesant d’or.«Si le Fpi revient au pouvoir, nous irons tous en exil». Quelle mentalité pour des dirigeants qui veut réconcilier les Ivoiriens !

En fait que se reproche Amadou Soumahoro pour penser cela ? Pourquoi croit-il que le Fpi voudrait se venger et pourquoi le parti de Gbagbo se vengerait-il ? De deux choses l’une. Soit parce que le Fpi est foncièrement méchant, soit parce que Amadou Soumahoro est convaincu que le pouvoir Ouattara est dans un esprit de vengeance et pose des actes qui peuvent amener ceux qu’il a succédé à se venger à leur tour. Entre autre son accession au pouvoir par les armes, sa gestion du pouvoir, le traitement des opposants, la justice parallèle, le gel des avoirs, les poursuites et arrestations arbitraires, le rattrapage ethnique, ect.

Car, il n’y a que le mauvais traitement qui peut amener quelqu’un à vouloir se venger. Et cette façon de traiter les adversaires d’hier, combien de fois n’est-elle pas décriée tant en Côte d’Ivoire qu’au au-delà des frontières ivoiriennes. Certes, du temps du Fpi, dans le contexte des coups d’Etat et de la rébellion, l’opposition n’a pas eu pion sur rue, ce qui amène le Rhdp à agir de la sorte. Mais une chose est certaine, c’est que Ouattara et Bédié n’ont pas été contraint de rester en exil, ni les cadres de leur de fuir le pays. Si ce ne sont des militaires déserteurs qui sont restés au Burkina Faso parce que préparant la rébellion. En somme, cette déclaration du secrétaire général du parti de Ouattara montre combien ils ne sont pas sincères quand ils parlent de réconciliation des Ivoiriens.

Elle traduit l’esprit qui anime toutes les actions et décisions du pouvoir ivoirien, savoir la vengeance, et démontre qu’à la vérité, ces «républicains», les «vrais patriotes» ivoiriens, «les vrais démocrates» agissent pour une Côte d’Ivoire divisée. Comment quelqu’un qui est très convaincu qu’il ira en exil peut agir pour la paix, la réconciliation, pour le retour des exilés. Amadou Soumahoro vient de révéler à la face du monde ce qu’est le vrai visage de Ouattara et de son parti, et que toutes les paroles qui sortent de leur bouche et autres actions dites de réconciliation ne sont que des simulacres. Nelson Mandela n’a pas mis autant d’années pour réconcilier les Sud-Africains. Il s’est même séparé de son épouse de lutte.

Et pourtant, lui et tous ceux qui soutenaient son combat ont subi pire que le Rdr, le Pdci, le Fpi et l’ensemble des Ivoiriens n’ont connu. Mais si l’on considère les saintes Ecritures, Amadou Soumahoro devrait comprendre que le malheur qu’on craint arrive forcément si on pose des actes qui vont dans ce sens. Attention «qui sème le vent, récolte la tempête !». Au regard de tout cela, on peut croire que la crise n’est pas derrière la Côte d’Ivoire, mais plutôt qu’une autre plus grave attend les Ivoiriens dans les années à venir.

Lors de la signature de la charte contre le projet de réforme de la Constitution de 2000, le 23 partis d’opposition l’ont clairement indiqué. Si le président Ouattara ne tire leçon des erreurs du passé, il va conduire le pays dans une autre crise aux conséquences plus désastreuses.

 

Auteur: Onésime K

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment