03302017Headline:

Côte d’Ivoire /Remous sociaux: Le silence très troublant du Pdci

pdci 70ans

Le Pdci s’est montré ”très peu barvard” sur les violentes manifestations qui ont secoué, la semaine dernière, la Côte d’Ivoire.

Il peut certes se targuer d’avoir participé à l’élaboration du communiqué du Rassemblement des houphouétistes (Rhdp) portant sur la question. Mais on peut tout de même lui reprocher, en sa qualité de premier grand parti politique ivoirien, fondateur de la Côte d’Ivoire moderne, son silence, comparativement à son allié, le Rdr. Surtout qu’il s’agit de violentes manifestations qui ont troublé la quiétude des populations de Tiassalé, Yamoussoukro, Daloa et Bouaké, occasionnant un mort et plusieurs blessés.

Ces manifestations ont été plus violentes à Bouaké, une ville symbole du Pdci, avec le saccage et le pillage de la préfecture de police, d’une banque, du siège du conseil régional (dirigé par un cadre du Pdci), de l’agence de la Compagnie ivoirienne d’électricité, du domicile du maire de la ville. Les images de la violence ont fait le tour du monde, via les réseaux sociaux, suscitant diverses réactions, notamment des cadres du Rdr, l’allié du Pdci. Plusieurs rencontres ont été initiées au siège du parti républicain pour définir l’attitude à adopter face à la situation. Toutes ces actions ont été couronnées par un bureau politique extraordinaire élargi aux cadres et aux élus, le lundi dernier au siège du Rdr.

A côté de cette débauche d’énergie de son allié, le Pdci est resté passif, presqu’inexistant. Le vieux parti n’a produit aucune déclaration signée de ses instances officielles, ni un appel au calme aux populations en général, et à ses militants en particulier. Tout s’est passé comme si ce parti a laissé le Rdr ”régler ses problèmes”.

Sur le sujet, nous avons échangé, ce mercredi dans la matinée avec un cadre du Pdci. Il a relevé le fait que les structures spécialisées du Pdci et les mouvements de soutien qui pouvaient réagir ont délibérément gardé le silence. « Nous observons avec amertume ce qui se passe. Comment voulez-vous qu’on agisse si nous n’avons pas une certaine autonomie financière ? On veut bien agir, mais avec quels moyens ? », s’est interrogé ce cadre du parti septuagénaire.

Au Rdr, pour l’instant, on s’attelle à éteindre le feu des manifestations. « Nous suivons également nos alliés. Après ces événements, nous tirerons les conséquences », a indiqué, sous le couvert de l’anonymat, un haut cadre de ce parti.

Y. DOUMBIA

L”INTER

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment