10282020Headline:

Côte d’Ivoire/ Royaume du Djuablin: intronisation de Nanan Kabran Dyé II, le 14e Roi sur le trône

Inhumé le 18 septembre dernier, le vide laissé par feu Nanan Agnini Billé II vient d’être comblé par l’intronisation de son successeur, le 10 octobre, à la Cour royale d’Agnibilékrou.

Représentant le parrain, le Premier ministre Hamed Bakayoko, le Ministre du Tourisme et des Loisirs, Siandou Fofana, a pris part le samedi 10 octobre, à la cérémonie d’intronisation du 14e Roi du Djuablin, à Agnibilékrou.

Succédant à Nanan Agnini Bilé II qui a régné sur les Agnis du Djuablin pendant 36 ans, décédé le 8 janvier dernier et inhumé le 18 septembre, c’est sous le nom de règne de Nanan Kabran Dyé II que Tigori Amian Clode à l’État civil, a été intronisé, au Palais royal du Djuablin, à Agnibilékrou. Cadre dans une société cotonnière à Korhogo, il a été rattrapé, à bon escient, par la tradition et son destin altier qui l’a contraint à abandonner son poste pour prendre les rênes du royaume.

Outre le Premier ministre, parrain de ce moment historique qu’il représentait, le ministre Siandou Fofana était également porteur du message de solidarité du Président Alassane Ouattara dont la cérémonie était placée sous le Haut-patronage. Le Ministre a remis à la royauté le don de 10 millions de FCFA du Chef de l’Etat, avec à la clé, un véhicule de fonction de type 4×4. Plusieurs autres dons, notamment du Premier ministre, Hamed Bakayoko, ainsi que des ministres Pascal Kouakou Abinan et Siandou Fofana (cadres du Djuablin), ont été réceptionnés.

Le Ministre Siandou Fofana, au terme de la cérémonie, a indiqué qu’à travers cette tradition qui se perpétue à l’aune de la modernité, cristallise le riche patrimoine culturel du Djuablin. Et que la tradition est la transmission continue d’un contenu culturel à travers l’histoire. Elle lègue cet héritage immatériel qui constitue le vecteur d’identité d’une communauté humaine, élément contribuant à son ancrage géographique.

Au cours de cette intronisation, deux grands moments ont été respectés à savoir, les conciliabules pour le choix du Roi, la veille, et l’intronisation à proprement parler qui s’est déroulée dans le respect des rites et us multiséculaires. Après avoir prêté serment et juré sur le trône de bien “gouverner ” ses sujets, le monarque et son épouse badigeonnés de kaolin par les prêtresses komians ont été portés en triomphe par des jeunes gens pour parader sur les artères de la cité royale d’Agnibilékrou. L’apothéose a été consacrée le dimanche 11 octobre où des messes ont dites dans les temples et églises pour bénir le règne de sa majesté Kabran Dyé II.

Au total, cette intronisation prouve la tradition est une mémoire et un projet, en un mot une conscience collective : le souvenir de ce qui a été, avec le devoir de le transmettre et de l’enrichir.

Abidjan.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles