10202020Headline:

Côte d’Ivoire Rumeur d’Ebola : La dépouille d’une Marocaine bloquée à Abidjan

rumeur ebola

Un journal en ligne marocain a annoncé que le virus d’Ebola a fait sa première victime marocaine. Il s’agirait d’une femme décédée en Côte d’Ivoire. Les sources médicales à Abidjan ont formellement démenti l’information, a affirmé l’Agence marocaine de presse (MAP)

C’est une information erronée qui a malheureusement créé le buzz sur les réseaux sociaux, et reprise par de nombreux journaux du Royaume. C’est le magazine électronique ”Kiosque 360.ma” qui a annoncé l’information, avec ce titre à sensation: «Ebola fait sa première victime marocaine».

Le journal en ligne affirme détenir l’information des quotidiens arabophones ”Al Ahdat Al Maghribiya” et ”Assabah”. Selon ces journaux, «la défunte, une femme de 50 ans, originaire de Settat, mère de 8 enfants, a contracté le virus alors qu’elle se trouvait en Côte d’Ivoire où elle est venue rendre visite à l’un de ses fils». Ce dernier, à en croire les mêmes médias qui ont véhiculé l’information, aurait été placé sous surveillance médicale. Or, selon le certificat de non contagion remis par le médecin légiste du CHU de Treichville à la famille de la défunte, celle-ci, âgée plutôt de 54 ans et résidant en Côte d’Ivoire, «n’était atteinte d’aucune maladie contagieuse», par conséquent, «sa dépouille mortelle peut être transportée dans son pays d’origine sans aucun danger pour la santé publique».

Malgré cette assurance, les autorités marocaines n’ont toujours pas donné l’ordre à la famille de rapatrier la dépouille vers le Maroc, attendant sans doute les conclusions d’une autopsie. Or, cet examen n’est plus possible, en l’état actuel des choses, car le corps a déjà subi un traitement en vue de son évacuation. La famille qui attend le feu vert de Rabat pour aller inhumer la défunte dans son pays, a expliqué à la MAP les causes de son décès.

Selon la famille, la défunte souffrait d’un asthme qu’elle traitait à l’aide de corticoïdes. Son état de santé, qui n’inspirait pourtant pas d’inquiétude particulière, se serait détérioré à cause d’un paludisme qu’elle a contracté peu avant son décès le 30 septembre dernier. La famille a, par ailleurs, formellement démenti la mise sous contrôle médical du fils de la défunte. Les proches de cette dernière ont salué tous les efforts déployés par les services de l’ambassade du Maroc à Abidjan, en vue d’un rapatriement du corps dans les meilleures conditions. Cette procédure se poursuit, en attendant le feu vert pour l’évacuation de la dépouille vers le Maroc.

 

Charles d’Almeida

(Source MAP)

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Related Articles