08252019Headline:

Côte d’Ivoire/ Situation conflictuelle Akouè: la jeunesse de Yamoussoukro veut installer Nanan Tanoh Kouassi, comme le tout nouveau roi des Akouè. Les détails

Nanan Tanoh Kouassi, Chef de Morofé, proposé pour s’asseoir sur le trône.

    La situation conflictuelle qui prévaut depuis des années maintenant à la tête du canton Akouè, avec la présence de deux chefs, préoccupe, au plus haut niveau, les populations de Yamoussoukro, notamment la jeunesse active du V Baoulé et son chef, Yao Loukou Gilbert. Ce dernier, assisté pour la circonstance de Germain Koffi, le président des jeunes de Morofé, a tenu une rencontre, le dimanche 7 avril 2019, au cours de laquelle, il a appelé au retour de la royauté en pays Akouè, comme c’était le cas par le passé, et précisément avant 1909. Selon les initiateurs de cette rencontre, les trois tribus qui forment le peuple Akouè avaient un roi et non un chef de canton. « La jeunesse de Yamoussoukro veut installer l’actuel chef du village de Morofé, Nanan Tanoh Kouassi Georges, comme le tout nouveau roi des Akouè. Car à l’époque, c’était uniquement la royauté qui existait chez le peuple Akouè. », a relevé Yao Loukou Gilbert. « Les cantons sont nés à partir de 1909, de la volonté du colonisateur de diviser afin de mieux régner », a poursuivi l’orateur, en expliquant que cela était une affaire plutôt politique et administrative , instaurée par le colon, en vue de récompenser ceux qui l’avaient, d’une manière ou d’une autre, aidé à vaincre le peuple Akouè, tout en renforçant leur autorité. « Pour mettre fin à la division et le désordre observés au niveau de Yamoussoukro, la jeunesse active a décidé de faire recours aux pratiques anciennes, en installant à la tête de ce royaume, le chef de Morofé, qui est descendant de roi. Mais aussi, un sachant et un grand intellectuel : Professeur d’université, ancien député, avec les deux pieds dans la tradition et la tête dans le modernisme », a-t-il déclaré.

« Vu ses actions multiples au niveau de Morofé, nous avons porté notre choix sur sa personne, à l’effet de mettre un terme aux tensions autour de la chefferie de Yamoussoukro, et de restaurer la cohésion et la paix, car nous restons convaincus que dans une cité où il n’y a pas de paix et de cohésion, il ne peut y avoir de développement durable » a insisté le président de la jeunesse active, assurant avoir consulté les autres chefs traditionnels. « Nous avons pris contact avec d’autres chefs Akouè, les Nananfouè et même les Ahoutou, et nous avons vu qu’il faisait l’unanimité » a dit Yao Loukou Gilbert.

L’autre volet de cette rencontre tenue sur la place publique du village de Morofé, a été animé par Germain Koffi, le président de la jeunesse de Morofé, qui a exhorté les uns et les autres à continuer de se mobiliser autour du chef Nanan Tanoh Kouassi Georges, tout en œuvrant au développement de la localité. Koffi Germain a promis de faire en sorte que la paix et la cohésion sociale se renforcent davantage à Morofé en tendant la main à tous. Aussi, a-t-il vivement interpellé des populations, sur des situations pouvant mettre à mal cette cohésion tant recherchée.

                                                                                                                                            C.S.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment