06252019Headline:

Côte d’Ivoire/ Situation socio-politique: Charles Blé Goudé : « J’ai les mains propres et je garde la tête haute »

Cinq mois après son acquittement, Charles Blé Goudé annonce son retour sur la scène politique. Dans un entretien accordé au confrère Jeune Afrique, l’ex-ministre de la jeunesse sous Laurent Gbagbo, parle de ses ambitions politiques non sans oublier ses relations avec Laurent Gbagbo et Guillaume Soro.

‘‘Zady Gbapê’’ comme l’appellent ses partisans, peut être fier d’avoir eu raison de ceux qui lui prédisaient un voyage sans retour. Il confie à la consœur Anna Sylvestre-Treiner qu’il n’a jamais eu peur, les faits étant en sa faveur. « Je suis heureux pour mes enfants à qui je ne léguerai pas un nom ensanglanté, pour mes partisans et la Côte d’Ivoire qui savent désormais que leur fils n’est pas un criminel international. Je marche la tête haute et j’ai les mains propres. », se réjouit-il.

Si Blé Goudé reconnait que la prison n’était pas un lieu de villégiature, il n’empêche qu’il avoue y avoir beaucoup appris. L’ex-pensionnaire de la prison de Scheveningen soutient y avoir appris la patience et la solidarité aux côtés de Laurent Gbagbo, Jean Pierre Bemba, Bosco Ntaganda, et Dominic Ongwen…

Sur la question de la succession politique de Gbagbo, Blé Goudé souhaite être maître de son histoire tout en voulant ressembler à Gbagbo. Il révèle cependant que Laurent Gbagbo aime ceux qui dessinent leur chemin et non ceux qui prennent des routes déjà tracées. Pour Blé Goudé, Laurent Gbagbo peut encore apporter beaucoup à la Côte d’Ivoire sans toutefois préciser les ambitions politiques de l’ex-président ivoirien.

Si Blé Goudé ne renie pas son ami Guillaume Soro qui l’a surnommé le ‘‘génie de Kpô’’ il reconnait tout de même que leurs routes ont divergé bien que tous deux soient, admet-il, les acteurs de la nouvelle génération qui prendront les rênes du pouvoir.

En définitive, Blé Goudé souhaite un forum de discussion entre Bédié, Gbagbo et Ouattara. Il termine cet entretien avec un coup de gueule. « Pour un rien, cela s’embrase : les municipales, les législatives, les régionales, il y a eu des morts. Où est le problème ? Pendant des années, on disait que c’était Gbagbo et Blé Goudé. Mais lors des dernières élections, nous étions en prison. Donc le problème, ce n’est pas nous », conclut-il.

Africadaily

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment