08242019Headline:

Côte d’Ivoire/Situation socio-politique: très en colère, le Front Populaire Ivoirien (FPI) demande aux autorités de punir les auteurs de ces événements graves et douloureux dans la ville de Béoumi

Mercredi 22 Mai 2019 –La Côte d’Ivoire a renoué avec le regain de violence la semaine dernière précisément dans sa partie centre.

Un affrontement intercommunautaire est survenu entre les autochtones Baoulés et les allochtones malinkés suite à une altercation entre deux transporteurs qui a finalement dégénéré.

Le bilan officiel annoncé par les autorités préfectorales fait état de neuf (9) morts et de quatre-vingts dix-huit (98) blessés.

A l’instar des acteurs politiques qui ont réagi face à cette situataion qui met en mal la cohésion sociale à 18 mois de la présidentielle, le Front Populaire Ivoirien (FPI) de la tendance Pascal Affi N’Guessan se prononce.

La branche dite modérée du parti fondé par Laurent Gbagbo et ses camarades dont son épouse Simone Ehivet , condamne avec la dernière énergie, cette violence survenue entre les populations de ladite localité, appelle toutes les populations au calme et à la retenue.
Toujours dans sa déclaration signée de son porte-parole, Issiaka Sangaré, la tendance Affi invite les autorités administratives et celles chargées de la sécurité à ouvrir des enquêtes en vue de situer les responsabilités et de punir les auteurs de ces événements graves et douloureux, avant d’observer.

« C’est l’occasion pour le FPI de faire remarquer que, dans la ville de Béoumi et alentours, il existe des civils qui portent illégalement des armes dont ils ont eu à faire usage pendant cette triste période, entraînant des morts et des blessés par balle dont le commissaire de police », observe cette branche de l’opposition, avant d’inviter le gouvernement à désarmer ces personnes sans condition, et appeler les populations à collaborer avec les autorités compétentes afin d’aboutir à une paix durable.

« Soucieux de la réconciliation nationale entre les filles et fils de la Côte d’Ivoire, le FPIvoudrait saisir cette occasion pour interpeller le régime Ouattara sur la nécessité de créer les conditions d’une paix durable entre toutes les communautés vivant sur toute l’étendue du territoire. De tels évènements viennent nous rappeler (si besoin est) que c’est de la diversité de nos origines que viendra la force de notre nation en gestation. En ce temps de carême et de prière intense, le FPI voudrait demander aux autorités religieuses locales de s’impliquer davantage dans la résolution de cette crise qui n’honore personne et qui fragilise un peu plus la cohésion communautaire qui peine à se mettre en place », a conclu M. Sangaré

Lire sur koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment