10222017Headline:

Côte d’Ivoire: situation toujours tendue et détermination des militaires FRCI

En Côte d’Ivoire, les militaires mutins sont déterminés, semble-t-il, à obtenir gain de cause. Des soldats insurgés ont bloqué, vendredi 6 janvier, l’accès de cinq villes du pays : Daloa, Daoukro, Korhogo, Odienné et Bouaké. Des tirs ont retenti pour faire entendre leurs revendications, à savoir des hausses de salaire, des primes et de meilleures conditions d’avancement. de nouveaux tirs ont été signalés, ce matin, à Abidjan et à Bouaké.de nouveaux tirs ont été signalés, ce matin, à Abidjan et à Bouaké. De nouveaux tirs ont été entendus ce samedi matin à Bouaké où le ministre en charge de la Défense est arrivé en milieu d’après.>
 

des tirs dans la nuit et ce matin

Dans la matinée de ce samedi, c’était l’expectative en Côte d’Ivoire où on sentait une certaine fébrilité en attendant que le ministre de la Défense rencontre les insurgés. A Abidjan, au camp militaire d’Akouédo, ainsi qu’à Bouaké, plusieurs témoins ont rapporté avoir entendu des tirs dans la nuit ou encore dans la matinée de ce samedi, pour le camp d’Akouédo, à Abidjan, une des plus grandes casernes de la capitale économique ivoirienne. Le calme est ensuite revenu, selon le témoignage d’un résident français et riverain du camp, joint au téléphone par RFI, à la mi-journée de ce samedi.

Les tirs se sont arrêtés mais aux alentours de 3h00 jusqu’à 6h00, ça tirait. Les magasins sont fermés ; les taxis et les bus ne circulent pas.
Témoignage d’un résidant français et riverain du camp d’Akouédo, à Abidjan.
RFI

 

00:00

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment