09222017Headline:

Côte d’Ivoire Situation toujous tendue au campus /Affrontements ; une cinquantaine d’étudiants membres de la FESCI arrêtés

Les étudiants bombardés à coup de gaz lacrymogènes lundi à Abidjan

Click to enlarge

Côte d'Ivoire: La police charge la Fesci sur le campus de Cocody, 30 arrestations

Côte-d’Ivoire: Affrontements à l’Université de Cocody « des membres» de la FESCI arrêtés

Selon plusieurs témoins, une « cinquantaine d’étudiants membres de la FESCI ont été arrêtés et amenés par des Forces de l’ordre ». Le début de cette grève de la FESCI coïncide symboliquement avec le jour anniversaire de l’arrestation de Laurent Gbagbo, le 11 avril 2011, par les Forces françaises présentes en Côte-d’Ivoire dans le cadre de la mission Licorne. Depuis plusieurs mois, le Secrétaire général de la FESCI, Assi Fulgence dit «AFA» subit les effets d’une mesure de radiation des universités et grandes écoles de Côte-d’Ivoire. Son appel n’a toujours pas été examinés par le Conseil de l’Université, présidé par la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique, Bakayoko Ly-Ramata. Au moins une dizaines de membres de la FESCI croupissent depuis de longs mois, plus d’un an pour certains, dans les geôles du régime Ouattara.

HC

En effet, la tentative de rassemblement de plus d’une centaine de syndicalistes étudiants de laFesci  pour entamer unegrève  a ouvert a un affrontement avec les forces de l’ordre en ce lundi particulier, jour anniversaire de l’arrestation de leur mentor Laurent Gbagbo.

Au moins trente étudiants ont été arrétés après une intervention musclée à coup de gaz lacrymogène comme constaté sur place par KOACI.

Les “Fescistes” entament unegrève  pour dénoncer entre autre les mauvais équipements en salle de cours, la multitudes des grandes écoles non accréditées (“écoles boutiques”, ndlr) ou encore le délogement sous peu de près de 7000 étudiants des cités universitaires en raison des jeux de la francophonie comme récemment rapporté (voir article lié).

Par ailleurs laFesci a lancé des actions de protestation et de blocus dans des “écoles boutiques” de Cocody (voir Ph 3).

Interdits depuis l’arrivée du pouvoir de Ouattara, les rassemblements syndicalistes sur le campus sont systématiquement réprimés par des forces de l’ordre stationnée en permanence au sein de l’université depuis l’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara.

Alors qu’à de multiples reprises Abidjan sonnait sa dissolution et disparition, nous apprenons que les étudiants de laFesci s’organisent pour riposter.

A suivre…

Amy Touré, Abidjan

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment