10152019Headline:

Côte d’Ivoire/Stigmatisation des étrangers: Abdoulaye Kouyaté fait de graves révélations sur la chute de Bédié en 1999

Lundi 17 juin-La récente sortie de Henri Konan Bédié à pros des orpailleurs clandestins venus de l’étranger à on aurait octroyé la nationalité ivoirienne, ne cesse d’alimenter le débat politique.

Le président des enseignants du Rassemblement Des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), dans une déclaration s’offusque contre les propos tenus par le sphinx de Daoukro.

Selon Abdoulaye Kouyaté, Bédié a bénéficié de la largesse des étrangers lors de sa chute en 1999.

« Les récentes déclarations du sphinx (qui parle désormais un peu trop) pourraient peut-être surprendre les nouveaux observateurs du marigot politique ivoirien, mais pour peu qu’on connaisse l’homme et son tristement célèbre passif en la matière, on ne saurait s’en offusquer outre mesure. Nul n’est besoin de souligner la gravité des propos tenus par le sieur Henri Konan BEDIE surtout quand ils viennent d’une personnalité ayant assuré la magistrature suprême du pays », fait observer le député de Lakota, avant de révéler. 

« Le plus grave est que, sauf amnésie de sa part, il devrait avoir encore présent à l’esprit les circonstances qui ont précipité son départ de la Présidence de la République à la fin de l’année 1999 puisqu’il a dû vivre à cette occasion l’angoisse la plus terrible de sa vie. 

On se souvient que le Président déchu avait abandonné famille, affaires et charges régaliennes pour se terrer illico dans une base militaire étrangère. Il avait lié amitié, avec un passeport diplomatique Togolais pour regagner la France. Un xénophobe qui s’appuie sur l’étranger pour sauver sa tête. Vingt ans après, beaucoup d’eau a coulé sous le pont mais comme un sort tenace qui lui aurait été lancé, l’homme de Prépressou n’a visiblement pas encore exorcisé ses vieux démons. Le successeur du père de la nation, pourfendeur et négateur de son héritage devant l’Eternel, a décidé de prendre le contre-pied de la politique d’intégration sous régionale qui était l’épine dorsale de la politique du premier Président de la Côte d’Ivoire. »

Poursuivant, il fait observer que la sortie de Bédié vient démontrer à ceux qui en doutaient encore que la vision de la Côte d’Ivoire d’Henri Konan BEDIE est aux antipodes de celle du Bélier de Yamoussoukro.

« L’actuel Président du PDCI  (ou de ce qu’il en reste) n’a jamais partagé la vision inclusive de celui à qui il a succédé. Au contraire, il rongeait fiévreusement ses freins dans l’antichambre du pouvoir en attendant de venir dilapider les acquis du pays à travers les dérives identitaires dont il est désormais familier. L’intégration économique et sociale des communautés étrangères dans notre pays est, sans doute, une problématique sur laquelle il convient de réfléchir sans passion, afin que cet enjeu ne soit abordé selon le prisme du délit ou du conflit », a-t-il poursuivi.

Lire sur koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment