12062016Headline:

Côte d’Ivoire / Suppression des exigences de santé du nouveau président dans la Nouvelle constitution /”Un fou peut se presenter”?Les Ivoiriens préoccupés

bedié  ouattara

De la constitution du 1er août 2000, l’actuel avant-projet de nouvelle constitution en a modifié bien d’articles, supprimé certains et en a introduit de nouveaux. Si dans ce nouveau contrat social qui passionne les débats et cristallise les positions, on note un allègement de la vie de la nation, la suppression de certains articles contenus dans la constitution de 2000 laisse à désirer.

L’article 35 de la constitution de 2000 (…)

Le candidat à la présidence de la République doit présenter un état complet de bien-être physique et mental dûment constaté par un collège de trois médecins désignés par le Conseil constitutionnel sur une liste proposée par le Conseil de l’ordre des médecins. Ces trois médecins doivent prêter serment devant le Conseil constitutionnel. Il doit être de bonne moralité et d’une grande probité. Il doit déclarer son patrimoine et en justifier l’origine ».

Ce texte est une partie de l’article 35 de la constitution ivoirienne du 1er août 2000 que l’on veut remplacer. Cet article qui fait partie du titre II de ladite loi fondamentale dispose des conditions d’éligibilité du président de la République de Côte d’Ivoire. Il met un point d’honneur sur la santé des candidats.

L’article 55 de la nouvelle constitution

Contrairement à ce texte, l’article 55 qui le remplace dans la nouvelle constitution ne dit pas un mot sur la condition de santé des futurs candidats à la présidence et vice-présidence de la République. On peut dire que cette disposition a été simplement biffée.

On y lit simplement que «Le candidat à l’élection présidentielle doit jouir de ses droits civils et politiques et doit être âgé de trente-cinq ans au moins. Il doit être exclusivement de nationalité ivoirienne, né de père ou de mère ivoirien d’origine ».

Les Ivoiriens préoccupés

Cet état de fait préoccupe plus d’un intellectuel ivoirien. Plusieurs fois, nous avons été interpellés sur le sujet, et les questions sont : pourquoi a-t-on supprimé cette condition ? Qui est-ce que cela gênait ? Donc un fou peut prétendre au poste de président de la République en Côte d’ivoire. La situation mérite véritablement qu’on s’y attarde vu que les conséquences peuvent être nombreuses.

Premièrement, avec cette clause, on ne peut pas refuser la candidature à l’élection présidentielle d’une personne notoirement malade. On pourrait crier à l’exclusion et provoquer d’autres problèmes, alors que la nouvelle constitution est dite pour en évacuer. Donc une possibilité d’avoir un président mourant.

Deuxièmement, au regard des articles Article 63 : Le Président de la République est le détenteur exclusif du pouvoir exécutif ; Article 64 : Le Président de la République détermine et conduit la politique de la Nation ;

Article 65 : Le Président de la République assure l’exécution des lois et des décisions de justice. Il prend les règlements applicables à l’ensemble du territoire de la République ; Article 66 : Le Président de la République a le droit de faire grâce ; Article 67 : Le Président de la République est le chef de l’Administration. Il nomme aux emplois civils et militaires ; Article 68 : Le Président de la République est le Chef suprême des Armées. Il préside les Conseils, les Comités de Défense et de Sécurité ; Article 69 Le Président de la République accrédite les ambassadeurs et les envoyés extraordinaires auprès des puissances étrangères et des organisations internationales. Les ambassadeurs et les envoyés extraordinaires sont accrédités auprès de lui ; il est difficile de concevoir que le candidat à la magistrature suprême de la nation qui, s’il est élu, devient le patron de la République avec tous ces pouvoirs soit exempté de tout contrôle sur sa santé, alors les concitoyens administre doivent s’y soumettent pour obtenir un emploi ou un diplôme.

Doit-on supprimer les examens médicaux aux concours ?

En effet, les examens médicaux sont exigés aux prétendants à l’administration publique lors des concours de la fonction publique. Etre fonctionnaire dans l’administration ivoirienne est-il plus important que devenir le président de la République de Côte d’Ivoire ? Même ailleurs, un carnet de vaccination est exigé aux voyageurs internationaux et aux fonctionnaires internationaux. Doit-on croire que la présidence de la Côte d’Ivoire a moins de valeur que ces postes dans les organismes et organisations internationaux et autres ? La réponse est non.

La Côte d’Ivoire, un Etat pacotille ?

C’est pourquoi la suppression de la disposition de la constitution de 2000 qui réclame un bon état de santé physique et mental ainsi qu’une bonne moralité et probité à tout candidat à la présidentielle fait croire que la Côte d’Ivoire est en train d’avilir la magistrature suprême, qu’elle est en passe de devenir un pays de désordre, un pays voyou. Et les propos du ministre Hamed Bakayoko qui affirme que c’est “inutile” de s’inquiéter sur la santé du futur président fait davantage peur pour un pays qui se veut stable, fort.

César DJEDJE MEL

Auteur: César DJEDJE ME

ivoirematin

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment