11132019Headline:

Côte d’Ivoire/Tension socio-politique: « Il n’y a pas deux Fpi, il y a le Fpi légal d’Affi et il y a une dissidence » a déclaré Issiaka Sangaré

Mercredi 26 Juin 2019–Depuis le rapprochement du PDCI de Bédié du camp de Gbagbo, les partisans du président de l’une des branches du Fpi dirigé par Affi qui voient d’un mauvais œil les titres de dirigeants du partis reconnus aux « Gbagbo ou rien » ne cessent de dénoncer ce fait.

Pour eux, le Fpi légal, c’est celui que dirige Affi N’guessan et les « Gbagbo ou rien » sont dans la dissidence.

Face à la presse hier mardi 25 juin à Cocody  sur la question de la réforme de la commission électorale indépendante (CEI), Issiaka Sangaré, le secrétaire général de la branche du Fpi  que dirige Affi est une fois de plus revenu sur les titres attribués aux « Gbagbo ou rien ».

Il estime qu’on ne peut pas être dans une même plateforme, appeler le président légal du Fpi et reconnaître les mêmes qualités à d’autres acteurs qui n’ont pas la notoriété au regard de la loi.

« On ne peut pas, dans la même plateforme, appeler le président légal du Fpi  et reconnaître les mêmes qualités à d’autres acteurs qui n’ont pas la notoriété au regard de la loi. Cette démarche-là est contre-productive. (…) On ne peut pas appeler Affi N’guessan, président du Fpi et appeler d’autres acteurs en utilisant le même vocable pour les mêmes titres. Si on sait reconnaître cela, c’est qu’on peut avancer ensemble. Si on ne sait pas reconnaître cela, c’est qu’on pose un acte inamical. La théorie de l’acte inamical est aussi essentielle dans la dynamique du groupe. Il n’y a pas deux Fpi. Il y a le Fpi et il y a une dissidence», a-t-il fait remarquer.

Depuis sa libération conditionnelle, l’ancien président ivoirien a rencontré des émissaires d’Henri Konan Bédié, en quête d’une alliance  depuis sa rupture avec Alassane Ouattara. 

Laurent Gbagbo qui n’est pas opposé à un accord de principe sur sa participation à la plateforme de l’opposition voulue par le leader du PDCI  a même missionné Assoa Adou et le Fpi  « Gbagbo ou rien » pour échanger avec la direction du PDCI.

Le weekend dernier, à Konahiri, Michel Gbagbo avait exhorté les militants du FPI de la ,localité à s’ouvrir au parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) pour consolider une alliance  afin de sauver la Côte d’Ivoire. Une alliance selon lui entre « ces deux grands Partis » pourra sauver la Côte d’Ivoire.

«Je vous exhorte de vous ouvrir aux militants du PDCI-RDA afin de consolider l’alliance naissante entre ces deux grands partis, pour sauver la Côte d’Ivoire », avait-t-il soutenu.

Ce rapprochement Bédié-Gbagbo suscite à n’en point douter la colère des partisans d’Affi jugés moins représentatifs sur l’échiquier national.

Lire sur koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment