05202019Headline:

Côte d’Ivoire: Tirs à boulets rouges sur Ouattara et Bédié

bedie et ouatt e pont

Ouattara et son ”aîné” Bédié sont critiqués par leurs proches

Présidentielle de 2015

A quelques dix mois de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, rien n’est encore joué pour le Président Alassane Ouattara et son soutien Henri Konan Bédié. Dans un élément exclusif, L’inter informe que « des chefs baoulé sont très remontés ». Par conséquent, ils préparent quelque chose. Des sources affirment que les chefs baoulé ne comprennent pas que le président Bédié maintienne l’appel de Doaukro et s’oppose aux ambitions des cadres de son parti le PDCI qui veulent se présenter en 2015. Ils comprennent mal que Bédié « utilise Alassane Ouattara pour châtier ses propres parents », parlant de l’arrestation des proches de Charles Konan Banny pour, dit-on, un « enrichissement illicite ». Les chefs se disent prêts à être les prisonniers de Ouattara. Ils déclarent que « Banny devra s’attendre à compter ses prisonniers après Laurent Gbagbo. Le régime veut museler tous ses opposants. Il va nous mettre tous en prison. C’est le centre qu’ils vont enfermer bientôt ».

Dans le même journal, on lit en co-une: « Tiburce Koffi ”déchire” l’appel de Daoukro. Il ”cogne” Ouattara et Bédié ». « C’est une option suspecte, peu saine, et indiscutablement maladroite qu’il nous faut dénoncer et refuser, ne serait-ce que pour des raisons éthiques : n’hésitons pas à le dire, cet ”appel” aux fondements est une invite insidieuse à la tricherie ! Oui, c’est tricher que de chercher à se faire élire sans adversaire de poids- par conséquent, de manière hautement anti-démocratique. C’est tricher que de se lancer dans les sombres combines appelées réglages avant le scrutin », affirme t-il.

Soir Info fait de sa Une les propos de Tiburce en écrivant : « Présidentielle 2015 / appel de Daoukro : Tiburce Koffi se déchaîne : c’est une invite à la tricherie… la Côte d’Ivoire se résume à l’arrogance des membres du RHDP ». Oui, l’écrivain a affirmé que « à l’observation, la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui se résume à la prospérité et à l’arrogance des membres du rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) et leurs seuls alliés sous un fond ethnique aussi inconfortable qu’inquiétant ».

Simone Gbagbo face aux juges, aujourd’hui

Poursuivie pour plusieurs crimes dont celui ‘’d’atteinte à la sûreté de l’Etat’’, l’ex-première Dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, sera face aux juges ce matin dans le cadre de son procès aux Assises.

Sur la question, Le Temps choisit de revenir sur la première audience dans cette affaire qui s’est tenue vendredi dernier. « Procès des pro-Gbagbo aux assises: Simone fait la leçon à ses bourreaux », titre à sa Une le journal. A en croire le quotidien, Dans la journée du 26 décembre 2014 elle était la grande attraction au tribunal du Plateau. Elle est arrivée triomphante. Comme une grande royale. Le sourire aux lèvres. Déroutant parfaitement ses détracteurs qui l’ont présentée sous ses traits d’une horrible dame de fer qui aurait régenté le palais présidentiel. Simone Gbagbo a montré qu’elle n’est pas Margaret Tatcher », commente le journal.

Quant à Lg Infos, il relate le commentaire de l’Archevêque d’Abidjan sur ce procès. « Cardinal Kutwa: ‘’Il faut une justice équitable’’, livre à sa Une le journal. « Ma pensée va vers les membres des familles monoparentales, car une maison sans père, une maison sans mère, est une famille en proie à toutes sortes d’imprévus. Je n’oublie pas non plus ceux qui sont en prison, car l’univers carcéral (…) Je souhaite qu’aucune injustice ne vienne perturber cette force dans l’intérieur de la prison et que le Seigneur fasse en sorte qu’il ait une justice équitable », commente le quotidien.

Pour sa part, Le Quotidien d’Abidjan revient sur la situation de la Côte d’Ivoire à la CPI. « Procès en Assises des pro-Gbagbo: Ouattara tombe dans le piège de la CPI », livre à sa Une le journal. « Il ne fait l’ombre d’aucun doute. Les relations entre la Cour pénale internationale (CPI) et le régime ivoirien vont prendre du gaz dans l’eau à coup sûr, dans les semaines ou mois à venir. Et c’est peu dire. En effet, en s’opposant ouvertement à l’exécution du mandat d’arrêt international émis par la CPI contre Simone Gbagbo, sous prétexte que les juridictions ivoiriennes sont désormais fonctionnelles pour juger des crimes imputés à l’épouse du président, Laurent Gbagbo, le chef de l’État Alassane Ouattara affiche son refus de coopérer avec l’Institution judiciaire internationale», commente le quotidien.

Assassinat d’enfants et épidémie

En Côte d’Ivoire, des évènements inquiétants se déroulent. D’un côté des enfants enlevés et tués. Dans un reportage intitulé « dans l’univers des parents d’enfants enlevés et tués », L’inter soulève la misère et la douleur des familles dont les enfants ont été ravis et assassinés, dans l’indifférence totale des autorités politiques, des leaders d’opinion et autres.

Ailleurs, c’est la mort de Habib Fall tué par un juge. En croire Nord-Sud Quotidien, le ”magistrat-tueur” qu’il a joint a simplement indiqué que « l’enquête en cours nous situera ». Tous ses détours pour obtenir plus informations sur les circonstances de la mort du jeune Habib sont restés vains. Le Nouveau Courrier affirme que « le procureur assassin plaide la légitime défense ». D’après une source qui a assisté à l’audition du juge, ce dernier raconte que c’est pour se défaire des jeunes qui le poursuivaient qu’il a tiré sur la foule, atteignant mortellement Habib.

En dehors de ces situations, les journaux dont Le Sursaut, Le Jour Plus et Le Mandat parlent d’une épidémie de Choléra qui a fait 5 morts à Divo. C’est précisément dans le village de Tableguikou que le mal s’est déclaré du lundi 22 au 26 décembre 2014. Il s’est manifesté par une diarrhée dans ledit village. C’est l’Institut d’hygiène qui a affirmé qu’il s’agit d’une épidémie de choléra.

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment