10202017Headline:

Côte d’Ivoire: Tous Les héritiers de Ouattara entrent en guerre…ce qu’ils font

ado

La guerre de succession à Alassane Ouattare s’annonce épique entre les principaux dauphins…

Ils donnent déjà de la voix… Ils se taclent… Ils sont à la manœuvre et se donnent les moyens, humains et logistiques, pour succéder au chef de l’État, Alassane Ouattara dont le second et dernier mandat expire en octobre 2020.

Ce sont, Amadou Gon Coulibaly, Secrétaire général de la présidence de la République, Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale, Hamed Bakayoko, habile et corpulent ministre d’État, ministre de l’Intérieur et de la sécurité et Thierry Tanoh, ancien banquier, Secrétaire général-adjoint de la présidence de la République.

La Lettre du continent (L.C), dans sa publication n°733 du 6 juillet 2016, fait une lucarne sur l’écurie des uns et des autres, pour révéler qu’ils sont entrés en guerre… digitale. C’est une guerre qui est encore au stade du virtuel, sur les réseaux sociaux. Les principaux dauphins constitutionnels et putatifs du président Alassane Ouattara s’agitent déjà sur les réseaux sociaux et les médias en prévision de son éventuelle succession.

Selon L.C, Amadou Gon Coulibaly « vient subitement de réactiver son profil Facebook, qui était inactif depuis 2014 ». La Lettre du continent présente ce plus proche collaborateur du chef de l’État « comme le favori pour prendre le post de vice-président de Côte d’Ivoire » après la réforme constitutionnelle qui pourrait, sauf cataclysme de dernier moment, intervenir en novembre 2016. L’organe spécialisé dans les informations confidentielles apprend que « Amadou Gon Coulibaly s’est entouré d’une équipe de jeunes partisans pour se rendre désormais visible ».

Guillaume Kigbafori Soro, président de l’Assemblée nationale, actuellement bien calé dans le fauteuil de dauphin constitutionnel, est un mordu des réseaux sociaux. Avec Facebook, Twetter et Instagram, il a une longueur d’avance sur ses concurrents. « Il est bien visible » sur les réseaux sociaux, soutient le journal. En ce qui le concerne, Hamed Bakayoko, le tout puissant ministre d’État ( le seul dans l’actuel gouvernement), présenté comme « le dauphin putatif », « il préfère privilégier Facebook où la moindre de ses sorties est dûment rapportée », écrit L.C. Qui ajoute que « contrairement à ses principaux challengers, Hamed Bakayoko mise sur les médias d’État ». « Ainsi, le conseiller chargé de la communication (…) Bazoumana Coulibaly, veille personnellement à la programmation de ses activités sur la Radiodiffusion télévision ivoirienne », ajoute encore La Lettre du continent.

Thierry Tanoh, l’homme qui pèse 12 millions de dollars US , soit 13 milliards 200 millions de F Cfa (20 millions d’euros), versé par Ecobank suite à un accord d’indemnités, est aussi dans le starting-block pour succéder à Alassane Ouattara qui l’a nommé au très stratégique poste de Secrétaire général-adjoint de la présidence de la République. De lui, la Lettre du continent informe qu’il était, jusque-là peu friand des réseaux sociaux. Mais, il vient d’être piqué par le virus. « Thierry Tanoh vient de s’entourer d’une équipe de journalistes qui relaie ses activités sur Facebook. Il vient parallèlement de rejoindre la plateforme des anciens élèves du lycée scientifique de Yamoussoukro où il a étudié. Cette opération, sous couvert de rechercher de fonds pour restaurer cet établissement, assure à Thierry Tanoh une meilleure visibilité auprès des populations », informe la source. Il faut dire que contrairement aux trois premiers prétendants, Thierry Tanoh est militant du Parti démocratique de Côte d’Ivoire ( Pdci-Rda), de l’ancien président Henri Konan Bédié.

Armand B. DEPEYLA

 linfodrome

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment