10182018Headline:

Côte d’Ivoire: Tractations autour de la libération de Laurent Gbagbo et des autres prisonniers

Face aux Ivoiriens de la diaspora, Guillaume Soro a résolument plaidé en faveur de la libération de Laurent Gbagbo. Le chef du Parlement ivoirien s’est donc dit engager à aller à la réconciliation nationale.

Ce mardi 17 juillet commémore le 20e anniversaire de la Cour pénale internationale (CPI). Aussi, la situation de Laurent Gbagbo, le plus célèbre prisonnier de cette Cour, ne laisse nullement personne indifférent. Alors que certains entendent voir l’ancien président ivoirien rester encore en prison, d’autres demandent plutôt sa libération avec son ancien ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé.

En effet, la CPI se prononcera, le 1er octobre prochain, sur l’acquittement des deux prisonniers ivoiriens de La Haye, suite à une requête de Me Emmanuel Altit (avocat de Gbagbo) et de la défense de l’ancien leader de la galaxie patriotique. Mais en attendant cette date, les conseils des deux Ivoiriens ont déposé une requête auprès de la Cour aux fins de la levée de mesures de protection, d’expurgations et de reclassification de pièces, documents et transcrits, nécessaires à la préparation et à la bonne conduite des enquêtes.

Cependant, Me Paolina Massida, la Représentante légale des victimes, demande le rejet de cette requête, ainsi qu’elle l’a justifiée : « En supposant que la Chambre ordonne la reclassification comme étant publique du témoignage des individus à double statut visés dans la Requête, le Représentant légal demande que les suppressions nécessaires soient mises en œuvre dans la version publique du témoignage afin de protéger ces personnes conformément à la règle 87 (1) du Règlement de procédure et de preuve. »

La position de Guillaume Soro sur Gbagbo et les autres prisonniers
Lors d’une mission parlementaire au Canada, Guillaume Kigbafori Soro s’était entretenu avec ses compatriotes ivoiriens vivant dans ce pays nord-américain. Le maître-mot de cette rencontre était la réconciliation nationale. Aussi, le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire a déclaré d’entrée : « Si on est bien inspiré, allons au pardon. Que la Nation se retrouve autour du pardon et de la réconciliation. » Poursuivant, il ajoute : « Je souhaite qu’on libère les prisonniers. Moi aussi, j’ai mon Soul qui est en prison, il me représente là-bas. »

Pour ceux qui estiment que Soro Guillaume, a trahi l’ancien président Gbagbo, l’ancien Secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) s’est voulu formel : « Je n’ai pas l’âme d’un traître. » avant d’ajouter : « Il y a certains du FPI qui disent que j’ai trahi Gbagbo. Le jour où Gbagbo m’a nommé Premier ministre (…), je lui ai dit “Monsieur le Président, je suis désormais votre Premier ministre. Je vous serez loyal en tant que Premier ministre. D’ailleurs, c’est ma loyauté qui a fait que PDCI et RDR ont dit que j’ai été vendu à Gbagbo. Je vous demande de ne pas me demander d’aller poignarder Ouattara et Bédié pour vous. Autant, eux aussi ils ne peuvent pas me demander de vous poignarder. Et quand j’ai eu connaissance des résultats de l’élection présidentielle… »

 

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment