08152018Headline:

Côte d’Ivoire : Un autre Exode de 4000 mille burkinabés dans les forêts classées à Agboville et Adzopé, vers des conflits fonciers ?

Côte d’Ivoire : Exode de 4000 mille burkinabés dans les forêts classées à Agboville et Adzopé, vers des conflits fonciers entre communautés comme à l’ouest du pays ?

Les germes à conflits constatés à l’ouest du pays récemment à Guiglo semble se profiler à l’horizon dans le département de l’Agnéby-Tiassa en témoigne l’information révélée par Nanan N’Dori, président du directoire des chefs et rois dans ce département, face à la vente illicite de parcelles de terres à quatre mille burkinabés à leur insu dans la forêt classée de Yapo-Abbé.

« (…) Ils viennent de Guiglo. Mes contacts à Guiglo m’ont appelé pour me dire qu’il y’a des gens chez nous ici qui sont en train de vendre des terres àAgboville   etAdzopé depuis le mois de décembre. Ils m’ont donné les noms de ces principaux activistes de ces distributions.

Il y a à peine une semaine quand des frères Baoulés sont venus chez moi accompagnés par un notable d’Azaguié pour leur dire que des burkinabés leur ont pris environs 12 millions de F CFA pour leur donner des parcelles terres dans la forêt classée entre Azaguié et Yapo.

J’ai envoyé des émissaires faire des photos et effectivement en dehors de la bordure de route, la forêt est en train d’être détruite massivement. Malheureusement pour eux, quand d’autres burkinabés sont arrivés, ils les ont chassés pour les donner aux burkinabés qui viennent d’arriver », a déclaré Nanan N’Doli, ajoutant que les jeunes d’Agboville ont donné jusqu’à fin juin 2018 si ces burkinabés aperçus dans cette forêt classée sont encore là, ils vont s’organiser pour les déguerpir.

Pour rappel, notons que dans le dernier trimestre de l’année dernière un conflit entre communautés autochtone Guéré et allogène Baoulé à Guiglo pour une question d’occupation de parcelles illicites dans la forêt de Goin-Débé vendues par un ressortissant burkinabé, qui serait le même instigateur de l’occupation des terres actuellement dans le département de l’Agnéby-Tiassa, avait causé deux morts, une vingtaine de blessés et près de 2000 déplacés.

« Que l’Etat prenne ses responsabilités » a signifié Nana N’Dori face à cette situation qui les villes et localités de leur département.

Casimir Boh, Abidjan

koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment