09232017Headline:

Côte d’Ivoire-Un commando menace de frapper et de tout mélanger ;«Que la population se tienne en éveil ! »ce que dit le ministre

ex combattant.....

A moins de deux mois de la Présidentielle

«Que la population se tienne en éveil ! »
Koffi Koffi répond : « Nous les suivons

A deux mois des consultations présidentielles, il règne sur le pays, une menace diffuse, orchestrée, volontairement, par des individus sans visage…

Depuis deux jours, un document non signé, servant à la propagande insurrectionnelle, émanant de personnes non identifiées, se répand un peu partout. Un mystérieux mouvement baptisé « mouvement révolutionnaire pour la souveraineté et l’indépendance africaine « Mrsia » annonce la « libération imminente de la Côte d’Ivoire » et invite « le régime en place à quitter le pouvoir ». « Nous, mouvement révolutionnaire pour la souveraineté et l’indépendance africaine Mrsia, tenons à véhiculer ce message très important. Nous tenons à préciser que ce mouvement est civil et militaire de 10 000 soldats en cavale. Nous lançons un appel très urgent à tous les nationalistes et panafricanistes de se tenir prêts pour une libération imminente de la Côte d’Ivoire. Que tous les Ivoiriens bannissent la peur et empruntent le véritable chemin du combat de la libération, car une indépendance ne se donne pas mais s’arrache. Nous disons au régime en place de quitter le pouvoir sans négociation. Toutes forces de l’ordre, ex Fds qui se disent loyalistes, sont priées de rejoindre la famille pour poursuivre le combat là où nous l’avions laissé. Faute de quoi, vous serez considérées comme ennemis car, celui qui n’est pas avec moi est contre moi,” disent les Saintes Écritures. Nous demandons à la population de se tenir en éveil pour la conquête du pouvoir car le putschiste disait en son temps que le pouvoir se trouve dans la rue» .

Une autorité sécuritaire de haut rang, que nous avons jointe, ce dimanche 30 août 2015, en milieu d’après-midi pour avoir son commentaire a qualifié ce document « dont ils ont copie », de « banal et ridicule tract ». La période pré-électorale, selon lui, « est favorable à ce genre d’actions stupides qui ne peuvent aucunement nous faire peur ». « La Côte d’Ivoire n’a pas 10.000 soldats en cavale » a-t-il indiqué, soulignant néanmoins « que ce genre de sorties doivent être prises au sérieux ». C’est justement dans cet esprit de vigilance que le ministre auprès du président de la République chargé de la Défense, Paul Koffi Koffi, a exigé des exilés ivoiriens, l’arrêt des actions contre la République, le vendredi 28 août 2015 à Agboville, lors d’une rencontre d’échanges avec les autorités politiques, administratives et coutumières de l’Agnéby-Tiassa.

Paul Koffi Koffi s’est dit estomaqué par l’attitude de certains ivoiriens, toujours enclins à déstabiliser le pays. Selon l’Agence ivoirienne de presse ( Aip) qui difuse les propos du ministre, celui-ci soutient que « c’est inimaginable, quatre ans après les élections, qu’il y ait encore des gens tapis dans l’ombre, qui pensent porter un coup à la République» . « C’est l’occasion pour dire encore aux enfants, fils, frères et sœurs de la Côte d’Ivoire, qui sont encore de l’autre côté, à l’extérieur dans les pays voisins, de rentrer et venir travailler ; ce n’est pas la peine de rester dans les capitales des pays voisins, pour continuer à fomenter des coups. Nous les suivons ! » , a-t-il poursuivi, exhortant la population à demeurer sereine et à « ne pas se laisser intimider et distraire par le discours des personnes qui cherchent à détruire le pays ». Il a réitéré que les élections auront lieu le 25 octobre 2015, et que les dispositions ont été prises pour que tout se déroule bien.

Paul Koffi Koffi a sévèrement mis en garde les fauteurs de troubles ainsi que certains candidats qui appellent à la violence. Abordant le volet de la sécurisation des élections présidentielles d’octobre 2015, le ministre a mis en garde les candidats qui appellent à la violence. « On les suit, ils font des réunions tout le temps, mais comme le voleur, on ne dit rien, on attend le jour où vous mettrez la main dans le sac, pour vous prendre », a averti Paul Koffi. Il a mis à l’index, mais sans les citer nommément, les candidats qui se préparent, selon lui, à faire descendre des jeunes gens dans les rues, pour manifester leur colère, quant au déroulement du processus électoral. « Nous sommes préparés à cela. Ceux qui veulent créer la chienlit et le désordre, on les attend », a-t-il ajouté.

Paul Koffi Koffi était dans l’Agnéby-Tiassa, dans le cadre de la dernière étape à travers le pays, d’une tournée d’explication des mesures sécuritaires prises par le gouvernement, pour assurer des élections apaisées. Il a déploré l’attitude de certains candidats, qui appellent à la violence et refusent de conduire personnellement ces manifestations de rue, au cours desquelles, des jeunes posent des barricades, brûlent des pneus, cassent les vitres des magasins, s’en prennent aux personnes, ou encore, aux Institutions de la république. « L’Etat ne peut pas laisser prospérer de tels agissements », a fait savoir Paul Koffi Koffi, rappelant que « force restera à la loi ».

Armand B. DEPEYLA

Soir Info

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment