01212017Headline:

Côte d’Ivoire/ Un leader de la Cnc se déchaîne et crache ses verités à Banny et fait des révélations sur la CNC

banny

Après la marche de l’opposition: Un leader de la Cnc se déchaîne contre Banny

« Qu’il quitte la Cnc s’il ne veut pas lutter »
Ses révélations sur les intrigues dans la coalition

Bah Jean Enoc n’est pas content de Banny et des candidats issus de la Cnc

Le mur de la Coalition nationale pour le changement( Cnc) est lézardé. Tout porte, en effet, à le croire après les propos peu amènes tenus par un leader de la Cnc à l’encontre de Charles Konan Banny.

Au cours d’un point-presse animé, mardi 15 septembre 2015, à Angré, Bah Jean Enoc, président du Congrès de la renaissance ivoirienne (Cri), n’a pas été du tout été tendre envers le président de la Cnc. Tirant les leçons de l’échec de la récente marche de la jeunesse de l’opposition, il a fustigé l’attitude de certaines grosses têtes de cette coalition, avec à leur tête Banny. Il était d’autant plus remonté contre l’ex-Premier ministre et certains de ses compagnons de la Cnc, que ceux-ci semblent avoir livré en pâture les jeunes qui se réclamaient de cette coalition.

Le président du Cri s’est offusqué contre le mutisme observé par la Cnc devant la répression qui s’abat sur les jeunes de l’opposition depuis la marche du 10 septembre dernier. « Après les arrestations qui ont suivi la marche des jeunes, la Cnc devait se réunir immédiatement pour condamner ce qui s’est passé. Mais ce n’est que trois jours après que nous nous sommes retrouvés. Mais là encore, la Cnc n’a pas été capable de produire une déclaration fiable », a chargé Bah Enoc, avant d’asséner : « Des gens que nous avons mis à la tête de la Cnc veulent participer aux élections sans conditions, au mépris de l’arrestation et de la mort de nos camarades. Cela donne l’impression d’une Cnc incohérente et qui s’éloigne des attentes des Ivoiriens ».

Visiblement ulcéré par la réaction de ses pairs de la Cnc après la tournure qu’a pris la marche de l’opposition, il a lancé : « Cette attitude ne peut-elle être interprétée comme une trahison par les braves citoyens qui ont cru en nous ? ». Et le président du Cri d’ajouter, furieux : « Mais où donc va la Cnc de Banny ? ». Pour lui, le président de la Cnc et tous les candidats à l’élection présidentielle, issus de ses rangs, n’incarnent plus les idéaux de leur coalition, notamment le combat pour arracher les conditions d’élections crédibles. « Nous constatons que la Cnc que dirige Banny ne veut plus lutter pour la transparence des élections et pour la protection de ses militants(…) Que Banny et ses co-candidats laissent la Cnc à ceux qui veulent encore lutter ! », a-t-il martelé.

Le président du Cri était d’autant plus amer que la récente marche a bénéficié, selon lui, du soutien de la direction de la Cnc à l’occasion d’une rencontre secrète qui s’est tenue le lundi 7 septembre 2015, soit trois jours avant le jour de la manifestation. « Au cours d’une réunion de la conférence des présidents et candidats déclarés de la Cnc, qui a eu lieu le lundi 7 septembre, la Cnc a adopté la Cnjc (l’organisation des jeunes de l’opposition qui a appelé à la marche, Ndlr) comme l’un de ses organes. La Cnjc représente donc bel et bien la jeunesse de la Cnc. Le même jour, la Cnc a endossé le mot d’ordre lancé par sa jeunesse et mieux, nous avons demandé au porte-parole d’appeler le peuple de Côte d’Ivoire à descendre dans la rue. A notre grande surprise, quand nous sommes rentrés à la maison, ce mot d’ordre n’a pas été lancé », a révélé ce membre de la direction de la Cnc. Ce qui lui fait dire que le chef de l’État, Alassane Ouattara, a raison quand il soutient que des gens ont lancé les jeunes dans les rues et sont allés se cacher. « Oui, c’est ce que la Cnc a fait », a admis Bah Jean Enoc, qui a, par ailleurs, réclamé la libération de Samba David et les autres partisans de la Cnc mis aux arrêts.

Assane NIADA

Soir Info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment